France-Islande : un match pour Giroud

  • A
  • A
Olivier Giroud avait inscrit un doublé face à l'Islande en quarts de finale de l'Euro 2016.
Olivier Giroud avait inscrit un doublé face à l'Islande en quarts de finale de l'Euro 2016. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Buteur contre la Moldavie (4-1) vendredi, Olivier Giroud a égalé David Trezeguet avec 34 buts sous le maillot tricolore. Lundi soir, si l'attaquant de Chelsea récidive contre l'Islande, il occupera seul la troisième marche du podium des meilleurs buteurs de l'histoire des Bleus. Mais il vise déjà plus haut.

Trezeguet c'est fait, maintenant "objectif Platini". Les mots d'Olivier Giroud au micro de TF1 vendredi soir à l'issue de la victoire de l'équipe de France en Moldavie (4-1), ne laissaient aucune place au doute. L'attaquant de Chelsea, qui avait inscrit un peu plus tôt le troisième but tricolore, venait d'égaler David Trezeguet au troisième rang des meilleurs buteurs de l'histoire des Bleus (34 buts). Thierry Henry (51 buts) et Michel Platini (41 buts) sont désormais les deux derniers à le devancer.

L'ancien joueur d'Arsenal aura l'occasion de réduire un peu plus l'écart qui le sépare de Platini, lundi soir au Stade de France, lors du deuxième match de qualification de l'équipe de France pour l'Euro 2020 face à l'Islande. Une équipe qui lui avait bien réussi, dans cette même enceinte, lors des quarts de finale de l'Euro 2016. Ce soir-là, Giroud avait inscrit deux buts et l'équipe de France l'avait emporté 5-2, face à l'une des équipes sensations de la compétition.

"Si je devais faire attention aux critiques..."

Mais à 32 ans, le temps est compté pour Olivier Giroud qui, au moment de raccrocher les crampons, pourra quoi qu'il arrive, se targuer d'avoir plus marqué en bleu que Zinédine Zidane (31 ans), Just Fontaine ou encore Jean-Pierre Papin (30 buts chacun). Sa cote de popularité, en revanche, n'atteint pas celle de ses illustres aînés.

La faute à son profil de renard de surface, efficace sans être flamboyant et à ses nombreux buts en matches amicaux (21), alors qu'il n'a pas réussi à trouver la faille lors de la dernière Coupe du monde remportée par la France. "Si je devais faire attention aux critiques.... Il y a deux réactions, soit les écouter et se mettre la tête dans le seau, ou les prendre positivement et les transformer en énergie sur le terrain, c'est ce que je fais depuis quelques années", a répondu Giroud vendredi.

"C'est un joueur qui a été injustement décrié mais les buts il faut les mettre au haut-niveau. (...) C'est bien, il se rapproche aussi de la fin avec les années qui passent. Mais il est toujours là, il a toujours cette envie, cette fraîcheur, il faut qu'il garde ça", l'a complimenté le sélectionneur. "Tant qu'il joue, tant que je le sélectionne et que je le fais jouer il pourra s'en rapprocher (de Michel Platini, ndlr)", a souri Didier Deschamps, qui l'a toujours défendu malgré les critiques.

"On peut imaginer un retour en France"

Au-delà de son "objectif Platini", Olivier Giroud vise surtout l'Euro 2020. Pour cela, il a besoin de temps de jeu, chose que Chelsea ne lui offre pas. Pour retrouver du temps de jeu, le champion de France 2012 avec Montpellier n'est pas fermé à un retour sur les pelouses de Ligue 1. Évoqué à l'OM, il a également suscité l'intérêt de l'OL. "C’est un club avec de très bons jeunes, de très bons joueurs, un très bon staff. On peut imaginer un retour en France, on ne sait pas ce que l’avenir nous réservera", lâchait l'intéressé dans les colonnes du Dauphiné Libéré la semaine dernière. Une porte laissée ouverte par Olivier Giroud pour éviter que celle des Bleus ne se referme.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau, avec AFP