Euro : un journaliste allemand persona non grata en Russie finalement accrédité

, modifié à
  • A
  • A
Le journaliste pourra commenter les matchs.
Le journaliste pourra commenter les matchs. © AFP
Partagez sur :
Le journaliste Robert Kempe pourra finalement couvrir les matches de l'Euro 2020 en Russie. Auteur de reportage critiques sur la Russie et spécialiste des liens entre sport et politique, il avait vu son accréditation annulée à la demande des autorités russes qui ont finalement fait machine arrière. 

Un journaliste de la télévision publique allemande ARD, à qui la Russie avait refusé une accréditation pour l'Euro, sera finalement autorisé à se rendre à Saint-Pétersbourg pour couvrir des matches, annonce la chaîne dimanche. Auteur de reportages critiques sur la Russie, Robert Kempe avait vu son accréditation pour les matches de Saint-Pétersbourg annulée à la demande des autorités russes, une décision condamnée vendredi par sa chaîne et par l'association des journalistes allemands.

"Une inacceptable atteinte à la liberté de la presse"

A la suite de ces protestations, les autorités russes sont revenues sur leur décision, selon le site d'ARD. "Cet exemple montre à quel point il est important de rendre public ce type d'incidents", a déclaré sa rédactrice en chef Ellen Ehni, "en tant que médias, nous devons être vigilants et dire clairement quand nos journalistes ne peuvent pas travailler librement". L'Association des journalistes allemands avait notamment dénoncé "une inacceptable atteinte à la liberté de la presse (démontrant) une nouvelle fois que la Russie ne veut pas d'articles critiques".

Sollicitée pour intervenir, l'UEFA avait répondu qu'elle n'était "pas en position de modifier une telle décision ni d'obtenir des informations détaillées sur les motifs du rejet de la demande". Robert Kempe, spécialisé dans les enquêtes sur les liens entre sport et politique, a récemment travaillé sur les relations entre le géant russe du gaz Gazprom et l'UEFA, sur lesquels il porte un oeil critique. Avant le Mondial-2018 en Russie, il avait réalisé des enquêtes sur des sujets délicats pour la Russie, notamment sur la Tchétchénie, ou sur l'embauche de travailleurs nord-coréens pour la construction d'un stade à Moscou.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP