Éliminatoires Euro 2020 : les Bleus se noient dans le bain turc

, modifié à
  • A
  • A
L'équipe de France et Antoine Griezmann n'ont rien réussi de bien, samedi soir, en Turquie.
L'équipe de France et Antoine Griezmann n'ont rien réussi de bien, samedi soir, en Turquie. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
Inefficace en attaque, fébrile en défense, l'équipe de France a concédé une défaite logique en Turquie, samedi soir, en éliminatoires de l'Euro 2020 (2-0).

Mardi, Emmanuel Macron a remis la Légion d'honneur aux Bleus. Après le match de samedi, on a plutôt envie de leur décerner la légion d'horreur. Très attendus en Turquie, pour le choc du groupe H des éliminatoires de l'Euro 2020, les champions du monde ont été en dessous de tout, multipliant les errements défensifs et les mauvais choix offensifs. À l'arrivée, un match à zéro tir cadré et une défaite, logique, sur le score de 2-0, dans une ambiance bouillante. Si ce résultat ne remet pas en cause les chances de qualification pour le prochain Euro (il reste sept matches à disputer et les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés), il jette un voile sur une saison 2018-19 où les coéquipiers de Hugo Lloris auront été globalement dignes de leur rang.

Deux cadeaux, deux buts, un K.-O.

Ce Turquie-France, qui avait commencé par des bordées de sifflets lors de la diffusion de l'hymne européen puis au début de La Marseillaise, a d'abord fait beaucoup de bruit pour pas grand-chose. La première demi-heure fut une succession de passes ratées et d'initiatives stériles, des deux côtés d'ailleurs, même si on le remarqua davantage du côté des Bleus, qui avaient la possession. Le match prit une autre tournure après une faute de Benjamin Pavard sur le côté gauche de la défense française. Le coup franc fut botté par Cengiz Ünder vers Merih Demiral au deuxième poteau. Laissé seul par Lucas Digne, le défenseur central turc eut toute facilité pour remettre sur son compère Kaan Ayhan, qui trompa Hugo Lloris de la tête (1-0, 30e).

Marquage, engagement… On croyait à ce moment-là avoir eu un large panorama de toutes les erreurs défensives que l'on peut commettre sur un terrain. Mais ce n'était rien avec ce qui allait suivre dix minutes plus tard. Sur un long ballon aérien, Varane fut battu de la tête, Pavard attendit que ça vienne, Umtiti perdit le ballon et Pogba joua l'homme. Résultat : Dorukhan Tokoz eut tout le loisir de décaler sur sa droite Cengiz Ünder, qui ajusta Lloris du droit (2-0, 40e). Un 2-0 aux allures de K.-O..

Deux buts encaissés en première période, la France n'avait plus connu ça depuis le 7 juin 2015 et la venue de la Belgique au Stade de France (défaite 4-3). Mais cette statistique ne fut pas la plus dramatique de la soirée côté tricolore…

Zéro tir cadré, une première depuis dix ans

Car si les Bleus ont cafouillé derrière, que dire alors de devant ? Zéro tir cadré. Zéro. Malgré une attaque traditionnelle, en 4-2-3-1 avec Olivier Giroud en pointe, soutenu par Antoine Griezmann, et Kylian Mbappé et Blaise Matuidi sur les côtés, les Bleus ont été incapables de cadrer le moindre tir dans cette rencontre, une première depuis dix ans. Pire, ils n'ont pas eu la moindre occasion nette, l'activité de Kingsley Coman, entré en jeu à la pause, n'y ayant rien changé. Symbole de ce néant offensif : Kylian Mbappé. La pépite tricolore a rapidement paru dépassée par les événements, multipliant les pertes de balle (22, un record pour lui chez les Bleus) et les initiatives vouées à l'échec. Mais il ne fut pas le seul à être mauvais. Antoine Griezmann, si brillant contre la Bolivie, n'a pas pesé du tout, et Paul Pogba, l'autre taulier des Bleus, a semblé dépassé par l'intensité mise par les Turcs dans l'entrejeu, où l'absence d'un N'Golo Kanté, forfait sur blessure, s'est fait sentir. Tous ces joueurs sont-ils épuisés ?

Le seul Tricolore à surnager fut en réalité… Hugo Lloris, le portier des Bleus signant plusieurs parades décisives en deuxième période, sur une reprise de la tête de Kenan Karaman (55e) ou sur un tir sous la barre de Mahmut Tekdemir (69e). Le capitaine tricolore et son sélectionneur, Didier Deschamps, vont sans doute avoir beaucoup à dire dans les jours qui viennent, alors que l'équipe de France doit boucler sa saison 2018-19 en Andorre, mardi soir. Sur le papier, face à la 134ème au classement Fifa, cela ressemble une formalité. Mais avec ce niveau-là…