ÉDITO - "Stéphanie Frappart est en train de conquérir le monde"

  • A
  • A
Partagez sur :
Stéphanie Frappart vient d’être élue meilleure arbitre de foot du monde dans le classement féminin. Notre éditorialiste Virginie Phulpin, estime qu'il faudrait regrouper les classements hommes et femmes chez les arbitres. Pour entrer vraiment dans une nouvelle ère.
EDITO

>> Pour l'année 2019, la Fédération internationale de l'histoire du football et de la statistique (IFFHS) a remis le titre de meilleure arbitre de foot du monde dans le classement féminin à la Française Stéphanie Frappart. Elle avait notamment arbitrée la finale de la dernière Coupe du Monde, en France. Notre éditorialiste Virginie Phulpin souligne l'importance de regrouper les classements hommes et femmes pour l'attribution du trophée de meilleur arbitre.  

"On dit madame ou monsieur l’arbitre ? Vous pouvez accompagner cette question d’un rire gras. Voilà ce qu’entend encore parfois Stéphanie Frappart sur le terrain. Il faut rester zen, moi j’aurais envie de sortir des cartons à tout va… Ça montre bien que son ascension est semée d’embûches, et qu’une femme doit encore prouver, chaque jour, qu’elle a sa place avec un sifflet dans le rond central. Le monde du foot s’ouvre aux femmes, c’est lent, c’est difficile, mais on peut remercier Stéphanie Frappart du boulot de titan qu’elle accomplit. 

Meilleure arbitre du monde dans le classement féminin ! Chaque année, l’IFFHS, c’est une organisation d’études statistiques sur le foot, publie son classement des meilleurs arbitres. Et pour 2019, c’est donc Stéphanie Frappart qui a été sacrée. Je peux vous dire que ce genre de distinction est rare pour la France, notre corps arbitral n’est pas au mieux de sa forme. Un seul arbitre français a été distingué. Michel Vautrot en 1989. Oui, le mur de Berlin venait de tomber. On emploie souvent l’adjectif historique pour un rien, mais là il peut vraiment s’appliquer à Stéphanie Frappart.

Et pour vous, c’est juste un début

Stéphanie Frappart est une pionnière. Elle a arbitré la finale de la coupe du monde féminine cet été. Elle a été la première femme à arbitrer une Supercoupe d’Europe entre Chelsea et Liverpool. La première à arbitrer un match de Ligue 2, puis de Ligue 1. Tous les échelons, elle les a gravi. Et elle a essuyé toutes les remarques sexistes possibles. Dans le monde amateur, il y a un paquet d’insultes qui descendent des tribunes. Messieurs, il va falloir vous habituer, Stéphanie Frappart est en train de conquérir le monde. Les joueurs pros étaient un peu sceptiques au départ, le corps arbitral aussi, on ne se débarrasse pas comme ça de décennies d’entre-soi masculin. Mais elle les a convaincus. 

Pour aller plus loin, ce serait une bonne idée d’établir un classement mondial des arbitres sans distinction de sexe. Ils travaillent tous sur le même terrain. Ça m’étonnerait que Stéphanie Frappart ait peur de la concurrence des hommes. Et si on veut l’égalité, ça passe aussi par ça. Pas le même sexe, mais la même passion.

La meilleure arbitre du monde veut aussi susciter des vocations chez les jeunes filles. Il y a un millier d’arbitres femmes en France, sur un total de 26000. Même le public français réclame plus de femmes arbitres aujourd’hui. C’est un début. De quoi couper le sifflet des réfractaires au changement." 

Europe 1
Par Virginie Phulpin, édité par François Dujarrier