Didier Deschamps sur Karim Benzema : "Il sait comment me remercier"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Invité exceptionnel de la matinale d'Europe 1, lundi, le sélectionneur des Bleus s'est confié à Europe 1 à une poignée de jours de l'ouverture de l'Euro 2020. Didier Deschamps s'exprime notamment sur son choix d'intégrer Karim Benzema à un groupe champion du monde il y a trois ans. "Il n'est pas là pour mettre le branle-bas de combat", assure "DD".
INTERVIEW

C'est un choix qui a fait couler beaucoup d'encre depuis le 18 mai, jour où Didier Deschamps a prononcé le nom de Karim Benzema dans une annonce de convocation en équipe de France, pour la première fois depuis l'automne 2015. En sélectionnant l'attaquant du Real Madrid pour l'Euro 2020, "DD" a déclenché un battage médiatique rarement vu autour des Bleus, qui ont pourtant vécu le fiasco de Knysna, la désillusion de l'Euro 2016 et le sacre du Mondial 2018 dans leur histoire récente. Invité exceptionnel de la matinale d'Europe 1, lundi matin, le sélectionneur revient sur une décision commentée par tout un pays.

"Je n'attendais rien de Benzema"

"Évidemment que je savais très bien, en prenant cette décision, que ça allait faire du bruit", analyse Didier Deschamps trois semaines après l'annonce de sa liste. "Je m'en suis rendu compte juste après. Mais bon, depuis que je suis ici [à Clairefontaine, ndlr] avec mes joueurs, je suis en autarcie." Une autarcie qui permet à la sélection tricolore de se mettre à l'écart d'une attention médiatique phagocytée par la question du retour de "KB9" chez les Bleus.

En conférence de presse, avant le premier match de préparation, Karim Benzema a remercié Didier Deschamps pour cette sélection dans la liste des Bleus. Ces remerciements ont-ils été suffisants pour Didier Deschamps ? "Je ne sais pas combien de fois on m'a posé la question 'mais est-ce que vous attendez des excuses publiques ?' Je n'attendais rien", explique aujourd'hui le sélectionneur des Bleus. "Il sait très bien comment me 'remercier' de la meilleure des façons. Il n'y a qu'une vérité, c'est celle du terrain", poursuit le double champion du monde.

"Pas de branle-bas de combat"

Pour autant, Didier Deschamps tient également à ne pas mettre une pression démesurée sur les épaules du Madrilène, auteur d'une excellente saison avec les Merengue. "Il y a évidemment une attente et il prend forcément, médiatiquement, beaucoup de place aujourd'hui", concède l'invité d'Europe 1. "Mais il ne pourra pas tout faire tout seul."

Au contraire : Karim Benzema doit désormais trouver ses marques dans un collectif de 26 joueurs, dont plusieurs cadres sont là depuis maintenant plusieurs années sans interruption, comme Paul Pogba, Antoine Griezmann ou Raphaël Varane. Pour le sélectionneur, l'intégration de Benzema dans le groupe France reste "un non-événement". "Ça se passe naturellement de par ce qu'il fait, ce qu'il est et par rapport aux autres joueurs qui le connaissent. Il est dans un groupe qui a bien fonctionné et qui a ses habitudes. Il n'est pas là pour mettre le branle-bas de combat. (…) Si j'arrive à une décision qui est celle-là, c'est que pour moi, on ne peut même pas parler de risque. Il n'y a pas le moindre souci ou problème." L'assurance d'une osmose collective, gage d'un beau parcours tricolore à l'Euro ?

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec, avec Jean-François Pérès à Clairefontaine