Coupe du monde féminine de foot : "Depuis l'arrivée de Noël Le Graët, les choses ont bien avancé"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La consultante football d'Europe 1, Sandrine Roux observe avec enthousiasme le développement des sections féminines de football. "Il n'y avait rien il y a 20 ans, il y a beaucoup aujourd'hui et encore plus demain", prévoit-elle au micro de Nikos Aliagas lundi.
INTERVIEW

Malgré un match en demi-teinte face au Nigéria lundi soir, les Bleues sont qualifiées pour les huitièmes de finale de la coupe du monde féminine de football. Invitée de Nikos Aliagas, la consultante d'Europe 1 Sandrine Roux, elle-même ancienne capitaine de l'équipe de France, revient sur l'engouement sans précédent suscité par la compétition.

La féminisation du football français, "une vraie volonté du président"

Si elle s'attendait à un tel enthousiasme de la part du public français pour cette compétition ? "Non, parce que le football féminin n'a jamais été sur le devant de la scène", reconnaît-elle. Mais l'arrivée de Noël Le Graët à la tête de la Fédération française de football en 2011 a changé beaucoup de choses. "Il a annoncé que sa priorité serait le développement du football féminin et ça a été le cas", rappelle Sandrine Roux.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

L'un des signes de la plus grande participation des femmes à ce sport est sans doute la présence de Brigitte Henriques à la vice-présidence. "Une femme à la vice-présidente de la Fédé, il y a 20 ans, on n'y pensait même pas. Je connais des présidents de fédérations qui ne sont jamais venus voir l'équipe de France [féminine]." Mais "depuis Noël Le Graët, les choses ont bien avancé. C'est une vraie volonté du président que ce soit dans les instances, les arbitres, etc", observe-t-elle en soulignant qu'il y a également plus de femmes pour prendre des décisions. "Il n'y avait rien il y a 20 ans, il y a beaucoup aujourd'hui et encore plus demain."

Un public prêt à soutenir les Bleues

Quant au public, il est au rendez-vous. Lors du match d'ouverture contre la Corée du Sud, 9,83 millions de téléspectateurs en moyenne étaient derrière leur écran, un record pour un match de coupe du monde féminine. "Les médias ont énormément soutenu cette équipe féminine. Tous les quotidiens ont titré leur une sur le match d'ouverture", rappelle Sandrine Roux. Ce que les fans du ballon rond apprécient ? La "fraîcheur" des joueuses qui ne contestent pas les arbitrages, "même si parfois elles pourraient", qui ne font pas "de cinéma" et ne se plaignent pas. 

Elles sont joueuses, arbitres, coachs, agents, supportrices : découvrez "Les Attaquantes", le podcast qui raconte les femmes dans le foot, une série originale en 7 épisodes sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSoundCloudDailymotionYouTube, et toutes vos plateformes habituelles d’écoute. Et si vous appréciez, abonnez-vous, commentez et ajoutez des étoiles !

Et cet engouement sera d'autant plus important dans les phases de jeu à venir car les Bleues pourraient affronter les tenantes du titre en quarts de finale (si elles atteignent ce niveau). Et un match contre les Américaines, "ça va être extrêmement compliqué", prévoit la spécialiste.