Arsène Wenger : "Tous les jours j’ai envie d’entraîner, mais..."

  • A
  • A
Arsène Wenger a entraîné Arsenal pendant 22 ans.
Arsène Wenger a entraîné Arsenal pendant 22 ans. © MARCO BERTORELLO / AFP
Partagez sur :
Arsène Wenger a arrêté sa carrière sur le banc d’Arsenal  en mai 2018, après 22 ans de règne. Le légendaire coach, invité dimanche sur Europe 1, a assuré avoir "tous les jours envie d’entraîner". “Mais est-ce que je ne vais pas faire le combat de trop ?", se demande l’Alsacien. 
INTERVIEW

Il a incarné Arsenal pendant presque un quart de siècle. Pendant 22 ans, Arsène Wenger a été l’entraîneur des Gunnners, connaissant la gloire avec Thierry Henry et consorts avant de finir son long règne après plusieurs saisons décevantes en mai 2018. Depuis deux ans, de nombreuses rumeurs ont bruissé d’un retour de l'Alsacien sur un banc, sans jamais se concrétiser. Arsène Wenger, invité dimanche sur Europe 1, a assuré avoir l’intention de replonger dans le grand bain. Mais pas dans n’importes quelles conditions. 

"Tous les jours, j'ai envie d'entraîner, j'ai fait ça toute ma vie. Mais est-ce que je ne vais pas faire le combat de trop ?", s'est demandé Arsène Wenger. "J'ai 70 ans, j'ai beaucoup donné. Est-ce que je ne jouerai pas un peu à la roulette russe, même au niveau de ma santé ? Je ne peux pas faire les choses à moitié, donc je me pose un peu la question", a-t-il confié au micro de Charles Villeneuve. 

"Ce sera dans des conditions que j’estime optimales"

Mais alors, que faudrait-il à Arsène Wenger pour s’asseoir à nouveau sur un banc ? "Ce sera dans des conditions que j'estime optimales. Sinon, je ne le ferai pas", a-t-il répondu, sans en dire plus sur une éventuelle destination. Mais l’Alsacien, qui est actuellement directeur du développement du football mondial à la Fifa, a avoué sans détours ressentir un vrai manque. 

"J'ai humé l'herbe tous les matins, et aujourd'hui je suis plus dans des ambiances feutrées, administratives, et dans des bureaux. Donc évidemment, je me sens un peu un intrus là dedans", a reconnu l’ex-entraîneur d’Arsenal. "Oui, j'en ai envie, je vous le dis carrément. Je pense que ce sera jusqu'à mon dernier jour."

Présider un club ? "C’est possible, oui"

Mais si Arsène Wenger décidait de ne pas entraîner à nouveau, il envisage la possibilité de devenir président d’un club. "Oui, c’est possible", a-t-il certifié. "Je pense honnêtement qu'il y a un vrai déficit dans la connaissance du sport de haut niveau dans beaucoup de grands clubs", a-t-il poursuivi. 

"Je veux créer à la Fifa le centre d'analyse le plus performant au monde. Je sais que c'est très ambitieux, mais vous verrez qu'à la Coupe du monde en 2022 on produira des analyses de match qui seront extrêmement performantes. Je suis en train en ce moment d'embaucher pas mal de monde à ce niveau-là. Et je crois qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire dans la façon dont nous voyons le football", a conclu Arsène Wenger.