Qualifications pour la Coupe du monde 2018 : qui est déjà qualifié, qui est en danger ?

, modifié à
  • A
  • A
Lionel Messi face à la Belgique (1280x640) ADRIAN DENNIS / AFP
L'Argentine de Lionel Messi n'est pas assurée de disputer le Mondial 2018, à la différence de la Belgique du duo Fellaini-Kompany. © ADRIAN DENNIS / AFP
Partagez sur :
Les qualifications pour le Mondial 2018 entrent dans leur dernière ligne droite. Le point sur toutes les zones et tous les groupes.

L'équipe de France a deux matches, en Bulgarie samedi et contre la Biélorussie mardi, pour décrocher son billet pour la Coupe du monde 2018. Comme elle, d'autres grandes nations du football vont jouer leur avenir mondial dans les jours qui viennent. Tour d'horizon, zone par zone.

EUROPE

Équipe d'Allemagne (960x640)

Elles sont déjà qualifiées. L'Europe est le continent qui envoie le plus de pays au Mondial : 14. Le premier d'entre eux est connu depuis fort longtemps, depuis le 2 décembre 2010, jour où la Russie a été désignée comme pays hôte. Elle a été rejointe par la Belgique, premier pays européen à se qualifier sur le terrain. Les Diables Rouges, sept victoires et un nul en huit matches, sont leaders du groupe H, avec 8 points d'avance sur la Bosnie-Herzégovine. Seuls les neuf vainqueurs de groupe sont qualifiés directement pour la Coupe du monde, les huit meilleurs deuxièmes (tous les deuxièmes sauf un, donc) s'affrontant en barrages, sur un format aller-retour, en novembre.

Elles sont en ballottage favorable. D'autres équipes européennes pourraient très rapidement rejoindre la Russie et la Belgique. C'est le cas de l'Allemagne, récent vainqueur de la Coupe des confédérations. La Nationalmannschaft (ici en photo Thomas Müller, Julian Draxler et Mesut Özil), qui a remporté ses huit matches de qualification, peut se contenter d'un nul, jeudi soir, sur le terrain de son dauphin, l'Irlande du Nord. Large leader du groupe F, l'Angleterre peut elle aussi se contenter d'un résultat nul, jeudi soir, contre la Slovénie, pour être assurée de participer au Mondial.

La Serbie, en déplacement samedi en Autriche, a aussi les cartes en main. Elle compte quatre points d'avance sur le pays de Galles et reçoit la Géorgie lors de la dernière journée, lundi soir. Les affaires se présentent très bien également pour l'Espagne, qui a pris le dessus dans son groupe en battant l'Italie (3-0). Une victoire samedi face à l'Albanie et la Roja, actuellement secouée par la volonté d'indépendance de la Catalogne, sera assurée d'être en Russie.

Ils sont en danger. Deuxième du groupe G à trois points de l'Espagne, l'Italie semble condamnée à disputer les barrages. Après son brillant succès sur les Néerlandais fin août (4-0), la France était plutôt en ballottage favorable. Puis elle a été tenue en échec et la voilà sur un fil, avec un déplacement difficile samedi en Bulgarie, qui peut encore espérer se qualifier directement, tout comme la Suède et les Pays-Bas d'ailleurs. Un sac de nœuds dont les Bleus se sortiront à coup sûr seulement en cas de victoire en Bulgarie mais aussi face à la Biélorussie, trois jours plus tard, à Saint-Denis.

Vainqueur de la France l'an dernier en finale de l'Euro 2016, le Portugal n'est guère à la fête lui non plus. Les champions d'Europe traînent comme un boulet leur défaite inaugurale en Suisse, leader d'un groupe B bicéphale avec huit victoires en huit matches. Mais comme les Bleus, Cristiano Ronaldo et consorts conservent leur destin en main puisqu'ils recevront la Suisse lors de la dernière journée, mardi. Enfin, la Croatie, leader du groupe I, est sous la menace directe de l'Islande, révélation du dernier Euro, qui compte le même nombre de points (16). Un faux pas de l'équipe au damier, et les Islandais, mais aussi les Turcs et les Ukrainiens, en embuscade, pourraient en profiter.

Elles sont déjà éliminées. À deux journées de la fin de ces éliminatoires dans la zone Europe, 23 équipes (sur 54) n'ont déjà plus aucun espoir de se qualifier pour la Coupe du monde. C'est le cas notamment de la République tchèque, largement distancée par l'Allemagne et l'Irlande du Nord dans le groupe C, ou de la Roumanie, à la peine dans un groupe E d'où peuvent encore espérer sortir la Pologne, le Monténégro et le Danemark.

AMÉRIQUE DU SUD

Brésil face à l'Argentine (960x640)

Il est déjà qualifié. Recordman de victoires en Coupe du monde (cinq), le Brésil n'a guère tremblé pour rejoindre la Russie. Avec onze victoires en seize matches, la Seleçao de Neymar (ici en photo contre l'Argentine) a survolé le mini-championnat à dix équipes, qui envoie quatre nations au Mondial et la cinquième en barrages contre le vainqueur de la zone Océanie, la Nouvelle-Zélande.

Ils sont en ballottage favorable. Deuxième (à dix longueurs du Brésil), l'Uruguay devrait également rapidement valider son billet. La Celeste et Edinson Cavani affrontent en effet lors des deux dernières journées le Venezuela et la Bolivie, qui occupent les deux dernières places du classement. Troisième, la Colombie est également bien placée. Les Cafeteros reçoivent le Paraguay avant un déplacement au Pérou, quatrième.

Ils sont en danger. Seulement cinquième à deux journées de la fin, l'Argentine n'est sûre de rien, et surtout pas d'être de l'aventure russe. Lionel Messi et les autres stars de l'Albiceleste ont deux matches pour éviter un énorme fiasco, jeudi face au Pérou, adversaire direct pour la qualification, et en Équateur cinq jours plus tard. La situation du Chili d'Alexis Sanchez, double tenant de la Copa America, est encore moins enviable. La Roja est sixième, à un point de l'Argentine, avec la réception de l'Équateur et un déplacement au Brésil à venir.

AFRIQUE

Supporter du Nigeria (960x640)

Ils sont en ballottage favorable. En Afrique, aucun des cinq billets réservés pour le continent n'a encore été délivré, alors que deux journées, prévues samedi puis le 6 novembre, sont encore à disputer. Mais la Tunisie, dans le groupe A, et le Nigeria, dans le groupe B, qui possèdent tous les deux trois longueurs d'avance, sont bien partis pour rejoindre la Russie. C'est le cas également de l'Égypte, qui a deux points d'avance sur l'Ouganda dans le groupe E.

Ils sont en danger. À la lutte dans le groupe C, la Côte d'Ivoire (7 points) et le Maroc (6), deux grandes terres de football, pourraient se disputer le ticket pour le Mondial lors d'une vraie "finale" le 6 novembre. Troisième du groupe D avec une seule victoire au compteur, le Sénégal est lui aussi mal embarqué. Mais son match perdu en Afrique du Sud le 12 novembre 2016 doit être rejoué près d'un an après, le 10 novembre, en raison d'une "manipulation" de l'arbitre, depuis suspendu à vie. Cela pourrait tout chambouler dans un groupe mené actuellement par le Burkina Faso et le Cap-Vert.

Ils sont déjà éliminés. Le groupe B, surnommé "groupe de la mort", a déjà fait deux victimes. Malgré des sélections de joueurs chevronnés et talentueux, le Cameroun (3ème avec 3 points) et l'Algérie (4ème avec 1 point seulement), nettement distancés par le Nigeria, ne peuvent déjà plus rien espérer.

ASIE

Joueurs syriens (960x640)

Ils sont déjà qualifiés. Cette zone a déjà livré une grande partie de son verdict. Quatre équipes se sont qualifiées à l'issue de deux mini-championnats à six : l'Iran, la Corée du Sud, le Japon et l'Arabie saoudite.

Ils sont en ballottage. Troisièmes des groupes de qualification, l'Australie et… la Syrie vont disputer un pré-barrage pour savoir qui des deux équipes va affronter le quatrième de la zone Concacaf, place qu'occupe actuellement les États-Unis.

CONCACAF

Jonathan Dos Sabtos (960x640)

Il est déjà qualifié. Dans la zone Concacaf (Amérique du Nord, Amérique centrale et Caraïbes), seul le Mexique (ici en photo Jonathan Dos Santos face aux États-Unis), en tête d'un championnat à six, a assuré sa présence à la Coupe du monde.

Il est en ballottage favorable. Deuxième du groupe à trois longueurs, le Costa Rica, qui a infligé deux défaites aux États-Unis (4-0 et 2-0), est très bien placé pour rejoindre le Mexique sur la route de la Russie.

Ils sont en danger. Seulement quatrièmes à l'entame de cette 9ème et avant-dernière journée de qualification, les États-Unis vont disputer vendredi face au Panama, actuel 3ème de la poule, un match crucial. Les Américains sont sous la menace du Honduras, 5ème avec le même nombre de points.

Les huit pays déjà qualifiés :

Arabie saoudite
Belgique
Brésil
Corée du Sud
Iran
Japon
Mexique
Russie (pays hôte)