Vote sur la fin des animaux sauvages dans les cirques à Paris : "Ce n'est qu'un effet d'annonce pour les municipales", dénonce le cirque Zavatta

  • A
  • A
Le cirque Zavatta en mars 2016
Le cirque Zavatta en mars 2016
Partagez sur :
Le Conseil de Paris envisage d'interdire les animaux sauvages sous les chapiteaux. Vincent Justin, du cirque Zavatta, y voit surtout un "effet d'annonce" sous la "pression des courants vegans". 
INTERVIEW

La fin des animaux sauvages dans les cirques parisiens ? Une délibération est soumise au vote au Conseil de Paris à partir de mardi et jusqu’au 14 novembre. Si le texte est approuvé, il prendra effet dès 2020. Pour Vincent Justin​, Monsieur Loyal et directeur de la communication du cirque Zavatta, le vote n'aura, quelque soit son issue, aucune portée réelle. "Toues les interdictions de conseils municipaux ont été retoquées par des tribunaux administratifs. Ce vote n'est qu'un effet d'annonce pour les municipales qui vont arriver", affirme-t-il sur Europe 1.

"Pression des vegans et des anti-spécistes" 

Fin octobre, un sondage Opinionway commandé par des associations de bien-être animal estimait que 65% des personnes interrogées étaient contre les animaux sauvages dans les cirques. Vincent Justin réplique : "Ce ne sont pas deux tiers des Français. Ce sont deux tiers des gens qui répondent sur les réseaux sociaux, avec des vegans et des antispécistes qui votent, et votent encore."

Lui, dit-il, est prêt à entendre les "sensibilités", et à montrer publiquement le fonctionnement d'un cirque au quotidien. Il regrette que élus ne répondent plus à cette invitation. "Les courants écologistes, vegans et anti-spécistes mettent les élus sous pression. C'est un harcèlement quotidien." 

Europe 1
Par Laetitia Drevet