Une surveillante de prison séduite par un détenu condamnée à 18 mois de prison dont 12 avec sursis

  • A
  • A
La surveillante était en poste depuis six mois lorsqu'elle a commis ces faits. Photo d'illustration.
La surveillante était en poste depuis six mois lorsqu'elle a commis ces faits. Photo d'illustration. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
La jeune surveillante de la prison d'Orléans-Saran, qui avait fait passer de la drogue, de l'alcool et des téléphones a un détenu, a aussi été interdite d'exercer cette profession.

Une jeune surveillante de la prison d'Orléans-Saran a été condamnée mercredi à 18 mois de prison dont 12 avec sursis pour avoir fait passer drogue, alcool et smartphones à un détenu qui l'avait séduite. 

Le détenu, en attente d'un autre jugement pour viol prévu en juin prochain devant la cour d'assises du Loiret, a été condamné à trois ans ferme. Sa sœur, qui avait fourni la drogue et les téléphones, a été condamnée à un an dont six mois avec sursis. La surveillante, âgée de 24 ans, en poste depuis 6 mois et qui venait d'être titularisée dans ses fonctions, a en outre été interdite d'exercer cette profession. 

Cannabis, vodka et smartphones

Entre septembre et décembre 2018, elle avait fourni au détenu de 32 ans du cannabis, une bouteille de vodka et plusieurs smartphones dont la coque en plastique est indétectable. Les téléphones, revendus entre 600 et 800 euros, avaient été découverts en janvier. La police judiciaire était remontée à leur source, dix jours après leur découverte. 

Devant les juges, mercredi, la surveillante a reconnu les faits. "J'ai eu envie de parler et puis la honte (…) je me suis enfermée dans le mensonge et ma connerie". Niant toute corruption, elle a cependant reconnu avoir reçu un coffret de cosmétiques, une robe et un bijou de la sœur du détenu jugée également. Le détenu a au contraire démenti tout trafic accusant la surveillante de se venger par jalousie. Les deux femmes, incarcérées depuis le 15 mai après le report d'une première audience, n'ont pas été maintenues en détention.