Une marche à Paris pour dénoncer la pollution des océans

  • A
  • A
© STEFAN HEUNIS / AFP
Partagez sur :
A l’occasion de la Journée mondiale des océans, une vingtaine d’associations appellent à manifester samedi dans la capitale. Avec en particulier les déchets en plastique dans leur viseur.

Chaque année, 8 millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans. Bouchons, bouteilles, sacs, pailles, emballages, mégots de cigarettes… Tous ces déchets non recyclables arrivent parfois jusqu'au fond de la mer... Alors à l’occasion de la Journée mondiale des océans, une vingtaine d'associations (Surfrider, WWF, France Nature Environnement, Greenpeace, Sea Shepherd...) s'engagent samedi lors d'une grande marche pour sensibiliser à la protection de l'océan, à 14 heures place de la Bataille de Stalingrad à Paris. Ce sera une grande première dans la capitale.

"Une baisse de la fécondité des poissons"

L’objectif est d’alerter sur le danger que représente la pollution marine, et notamment le plastique. Car les conséquences sur la biodiversité sont concrètes. "Ces plastiques relarguent dans l'environnement des perturbateurs endocriniens, et ça a tendance à féminiser les poissons", explique à Europe 1 Bruno David, président du Museum d’histoire naturelle, qui propose samedi des activités ludiques et des conférences, notamment pour décrypter par exemple les fake news autour de la pollution des mers. "Du coup, y a une baisse de la fécondité de ces poissons, y a une baisse du niveau de reproduction", précise ce naturaliste de profession.

En Ecosse, la population des fulmars décimée

1,5 million d'animaux meurent tous les ans à cause de cette pollution. En Ecosse par exemple, des oiseaux marins, les fulmars, mangent les microparticules de plastique échoué sur les plages et leur population se voit ainsi décimée. "Les fulmars ont tendance à se nourrir de ces petites billes de plastiques qu'on appelle très joliment des "larmes de sirène", et en s'en nourrissant ils ont une impression de satiété, mais en fait y a aucune valeur nutritive dans ces billes et donc y a 30% des fulmars qui ont disparu sur les côtes écossaises ", détaille Bruno David.

Plus près de nous, des fragments de plastique ont été retrouvés dans toutes les tortues marines en Méditerranée. Une mer parmi les plus polluées au monde par les plastiques.