Une tyrolienne installée sur la Tour Eiffel : "Un saut qui restera gravé dans ma mémoire"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Comme l'an dernier, à l'occasion du tournoi de Roland-Garros, une tyrolienne a été installée au deuxième étage de la Tour Eiffel. Europe 1 a suivi l'un de ces heureux élus avant et après son grand plongeon.
REPORTAGE

Depuis mercredi et jusqu'au dimanche 2 juin, 260 gagnants d'un jeu concours sautent en tyrolienne depuis le deuxième étage de la Tour Eiffel, à l'occasion du tournoi Roland-Garros. Le nom de cette attraction éphémère : le "Smash". Et pour cause, les tirés au sort vont se retrouver projetés pendant une minute à la même vitesse qu'une balle échangée sur un court de terre battue, soit à 90km/h.

À 115 mètres de haut, depuis le deuxième étage de la Tour Eiffel, Europe 1 a suivi Thibaut, 24 ans, l'un des heureux élus. "J'avoue, je suis un peu stressé. D'en bas, on ne se rend pas vraiment compte. Mais c'est quand on arrive en haut qu'on se dit : 'Ok, ce n'est pas de la rigolade !'" Vêtu d'une combinaison noire, il contemple la distance qui le sépare de la place de l'École militaire, où il va atterrir.

thibaut

"Ce n'est pas tous les jours qu'on voit ça"

Avant de s'élancer, le jeune homme a droit, comme les autres, à un petit briefing délivré par des guides de haute montagne professionnels. "On va t'amener sur la plateforme via la ligne de vie continue, et l'opérateur va t'installer sur le câble. Là, il faudra que tu prennes la poulie à deux mains, et que tu écartes les jambes pour ralentir", explique l'un d'eux à Thibaut. Cette fois, il est fin prêt. "La vue est magnifique, ce n'est pas tous les jours qu'on voit ça. Je commence à sentir le vide", nous glisse-t-il, quelques secondes avant le grand saut.

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Environ 800 mètres plus loin, après une grande montée d'adrénaline, Thibaut est encore époustouflé par ce qu'il vient d'oser faire. "C'était génial ! Une expérience de folie et un saut qui restera gravé dans ma mémoire", s'enthousiasme-t-il. Et si vous n'avez pas la chance, comme Thibaut, de sauter, rien que d'observer les autres s'élancer est déjà en soi impressionnant.

Europe 1
Par Carole Ferry, édit par Anaïs Huet