Incendie à Notre-Dame de Paris : "Cette cathédrale, nous la rebâtirons", promet Emmanuel Macron

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Un important incendie s'est déclenché lundi dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. La flèche est tombée, mais la structure de l'édifice, et notamment ses deux tours, ont peu pu être sauvés. 
L'ESSENTIEL

Un incendie s'est déclenché lundi en fin de journée à Notre-Dame de Paris, "potentiellement lié" aux travaux de rénovation de l'édifice, d'après les pompiers. Deux tiers de la toiture sont partie en fumée mais la structure de l'édifice a pu être sauvé. 

Les infos à retenir :

  • Un important incendie s'est déclaré peu avant 19 heures à Notre-Dame de Paris
  • La toiture a été ravagée, mais la structure de la cathédrale est "sauvée dans sa globalité" 
  • Emmanuel Macron a reporté son allocution sur le "grand débat" et s'est rendu sur place 

La toiture ravagée, la structure sauvée

Les deux tiers de la toiture de la cathédrale sont partis en fumée en quelques heures. "La charpente, qui date du 19ème siècle d'un côté et du 13ème de l'autre, il n'en restera plus rien", a rapidement déploré André Finot, responsable communication de la cathédrale. La flèche, point culminant de l'édifice, s'est effondrée sur elle-même dans une scène spectaculaire.

Un peu avant 23 heures, le général Jean-Claude Gallet, commandant de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris, a indiqué que la structure de Notre-Dame était "sauvée et préservée dans sa globalité". "Nous sommes entrés dans une phase de refroidissement de l'édifice", a expliqué le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez.

Une partie de l'île de la cité a été évacuée, dont les urgences de l'hôtel-Dieu, voisin de la cathédrale. Près de 500 sapeurs-pompiers, dont certains juchés sur des bras articulés à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, ont lutté pour combattre l'incendie, tandis que le long des quais et sur les ponts, une foule de badauds était rassemblée pour regarder les flammes.

Le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les causes du sinistre pour "destruction involontaire par incendie". Un pompier a été blessé durant les opérations.

Le feu a pris dans les combles

Le feu a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers. Il semble être parti au niveau d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construit entre le 12ème et le 14ème siècle. Selon le porte-parole de Notre-Dame, l'incendie se serait déclaré aux alentours de 18h50. 

Au micro d'Europe 1, Laurent Vibert, ancien porte-parole des pompiers de Paris, a indiqué que l'effondrement relativement rapide de la flèche était "prévisible". "Le feu ronge, la charpente est en bois, en plomb. À partir du moment où on est à un certain niveau de chaleur, tout est fragilisé et forcément tout ce qui est en pierre et qui est soutenu ou étayé par des pièces en bois vient s'écrouler", explique-t-il. Pour cet ancien commandant des opérations de secours, "il ne faut pas s'attendre à une extinction immédiate". "Les feux de toitures sont longs, ça va durer plusieurs jours, au moins sur la surveillance de cet incendie", explique-t-il encore, décrivant un incendie "très complexe".  

Selon la Direction générale de la Sécurité civile et de la Gestion des Crises françaises, "tous les moyens sont engagés à l'exception des avions Canadair techniquement inadaptés pour éteindre ce type d'incendie". En effet, indique la DGSCG, "le largage d'eau par avion sur ce type d'édifice pourrait entraîner l'effondrement de l'intégralité de la structure". 

Macron reporte son allocution et s'exprime sur place 

Prévue à 20 heures, l'allocution d'Emmanuel Macron a été reportée. Le chef de l'État s'est rendu sur place aux côtés du Premier ministre Édouard Philippe et d'autres membres du gouvernement. Sur Twitter, le chef de l'État a affirmé qu'il partageait "l'émotion de toute une nation". "Pensée pour tous les catholiques et pour tous les Français", a-t-il encore écrit. "Comme tous nos compatriotes, je suis triste de voir brûler cette part de nous". 

Un peu avant minuit, Emmanuel Macron a pris la parole sur le parvis de l'église sinistrée, et confirmé le lancement d'une souscription nationale à partir de mardi. "Le pire a été évité, même si la bataille n'est pas encore totalement gagnée", a-t-il déclaré, avant d'avoir "une pensée pour l'ensemble de nos compatriotes", parce que Notre-Dame de Paris, "c'est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments". Cette cathédrale, a promis Emmanuel Macron, "nous la rebâtirons".   

Hidalgo déplore un "terrible incendie"

Sur Twitter, la maire de Paris Anne Hidalgo a déploré "un terrible incendie" sur le site le plus visité de la capitale.

D'autres personnalités politiques ont réagi à cet incendie, comme le président LR Laurent Wauquiez, qui a fait part de "sa désolation", ou le président du PS Olivier Faure qui a partagé son "immense émotion". Le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon s'est dit lui "sidéré" devant un "immense malheur". Enfin, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a manifesté son "soutien" aux "pompiers valeureux". 

De nombreuses réactions internationales

Alors que plusieurs médias internationaux comme la BBC et CNN ont réalisé des éditions spéciales, plusieurs dirigeants étrangers ont témoigné de leur solidarité avec la ville de Paris. "C'est si terrible d'assister à ce gigantesque incendie à Notre-Dame de Paris", a twitté le président américain Donald Trump. "Peut-être faudrait-il utiliser des bombardiers d'eau pour l'éteindre ? Il faut agir vite". 

"Ces horribles images de Notre-Dame en feu font mal. Notre-Dame est un symbole de la France et de notre culture européenne. Nous sommes avec nos amis français par la pensée", a de son côté twitté le porte-parole de la chancelière Angela Merkel Steffen Seibert. Londres se tient au côté de Paris "dans la tristesse", a quant à lui déclaré le maire de la capitale britannique Sadiq Khan. 

Dans un communiqué, le Vatican a lui exprimé son "incrédulité" et sa "tristesse". "Nous exprimons notre proximité avec les catholiques Français et avec la population parisienne", ajoute le porte-parole.