Trafic et violences à Beauvais : la maire va demander des renforts policiers à Castex et Darmanin

, modifié à
  • A
  • A
La maire Caroline Cayeux demande des renforts policiers. (photo illustration) 1:23
La maire Caroline Cayeux demande des renforts policiers. (photo illustration) © DENIS CHARLET / AFP
Partagez sur :
Jean Castex et Gérald Darmanin doivent se rendre à Beauvais vendredi matin. La ville de l’Oise est le théâtre de violences envers les policiers depuis dimanche. Des tirs de mortiers d'artifice ont été observés et des voitures brulées. La maire de la ville Caroline Cayeux demande des renforts policiers pour lutter contre le trafic de drogue et les violences.

Le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sont attendus à Beauvais, dans l’Oise, vendredi matin. Dimanche, trois policiers ont été blessés suite à des échauffourées sur fond de lutte contre le trafic de drogue en début de semaine, dans le quartier d’Argentine. La maire de la ville, Caroline Cayeux, compte bien profiter de cette visite pour réclamer des effectifs supplémentaires.

60 gendarmes en renfort cette semaine

Sur tous les téléphones, les vidéos tournent encore : on y voit des policiers visés par des tirs de mortiers d’artifice, et, un peu plus loin, une voiture en feu. "Ça n’arrive pas souvent, c’est un grand truc", témoigne un jeune auprès d’Europe 1. Pourtant, il ne semble pas surpris : "ici, à Beauvais, il y a beaucoup de vente de drogues. Ça circule beaucoup", assure-t-il. "C’est beaucoup moins caché qu’avant", constate un autre jeune. "Les policiers empêchent ce trafic, du coup les jeunes s’en prennent à eux", résume-t-il.

Au pied des barres d’immeuble, les voitures calcinées ont disparu. Elles ont été remplacées par des cars de CRS qui patrouillent. Cette semaine, 60 gendarmes ont été dépêchés à Beauvais. "Cette présence s’est faite ressentir, il y a une sécurisation plus importante aujourd'hui. Ça montre aussi que, malheureusement, sur le territoire, on aimerait plus de forces de police. Plus de police, ça veut dire plus de proximité, le sentiment d’être en sécurité et vivre sereinement avec sa famille", confie Mohamed Betraoui, responsable des centres sociaux. 

Pour sécuriser ces quartiers, la maire de la ville Caroline Cayeux réclame une vingtaine de policiers supplémentaires.

Europe 1
Par Nicolas Feldmann édité par Léa Leostic