Théo et cinq membres de sa famille en garde à vue : l'avocat de Théo dénonce une "guerre de communication"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'avocat de Théo, Me Antoine Vey, dénonce mardi matin sur Europe 1 la médiatisation de l'interpellation de son client et de cinq autres membres de sa famille qu'il attribue à une "volonté de nuire sur le plan de l'image".
INTERVIEW

Théo L., le jeune homme de 22 ans gravement blessé à l'anus pendant une interpellation musclée en 2017, a été placé en garde à vue mardi ainsi que cinq autres membres de sa famille. Son avocat Antoine Vey dénonce sur Europe 1 une "guerre de communication" de la part de la police.

Une "volonté de nuire", selon l'avocat de Théo. S'il reconnaît qu'il s'attendait à un placement en garde à vue de son client, puisque c'est "un dossier que [nous] connaissons bien, sur lequel [on] s'est déjà expliqué", Me Vey se dit "choqué du procédé". Car selon lui, une simple convocation aurait suffit plutôt qu'une interpellation médiatisée. "Ça augure d’une certaine volonté de nuire, au moins sur le plan de l'image."

Une stratégie de décrédibilisation. La médiatisation de cette enquête qui concerne des soupçons d"'escroquerie en bande organisée, abus de confiance et blanchiment", "c'est juste pour cibler l'image de Théo". L'avocat regrette que la presse ait été prévenue "avant même qu'ils soient placés en garde à vue".

Pour lui, il s'agit d'une stratégie de décrédibilisation de son client dans une autre affaire, celle du viol dont il dit avoir été victime lors de son interpellation. "Ça fait plusieurs mois que certains syndicats de police et qu'une partie de l'appareil policier a décidé de rentrer dans une guerre de communication visant à ternir autant que possible Théo". Mais l'avocat l'assure, cette affaire de soupçons d'escroquerie "n'a rien à voir avec le dossier principal".

Europe 1
Par Marthe Ronteix avec Alain Acco