Retraites : "S'il n'y a pas d'avancées en janvier, la CFDT va continuer de mener des actions", prévient Laurent Berger

, modifié à
  • A
  • A
Laurent Berger 2:47
Sur notre antenne, Laurent Berger a abordé les discussions entre son syndicat et le gouvernement sur la réformes des retraites. © Europe 1
Partagez sur :
Invité jeudi de la matinale d'Europe 1, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger s'est exprimé sur l'opposition à la réforme des retraites menée par les syndicats, alors que les discussions se poursuivent avec l'exécutif.
INTERVIEW

Mercredi, partenaires sociaux et gouvernement se sont rencontrés pour aborder les points de désaccord sur la réforme des retraites. Et les discussions n'ont visiblement pas abouti à une sortie de crise. "On est très, très loin" d'être "d'accord", expliquait Laurent Berger à la sortie de sa réunion à Matignon. "S'il n'y a pas d'avancées en janvier, la CFDT va continuer de mener des actions de mobilisation", affirme le secrétaire général de la centrale syndicale au micro de Sonia Mabrouk sur notre antenne, jeudi matin.

"Pas de volonté d'ouverture"

"Nous voulons que cet âge d'équilibre (…) soit enlevé" de la réforme des retraites, répète Laurent Berger. Et c'est d'ailleurs le point de crispation entre le syndicat et le gouvernement d'Édouard Philippe. "On a senti la volonté de discuter, peut-être mais pas vraiment de proposition de retirer cet âge d'équilibre", poursuit-il. "Jusqu'à hier [mercredi], il en faisait un point extrêmement important de sa réforme et il a dit qu'il voulait bien en discuter les conditions", regrette le leader syndical.

Le dialogue est-il pour autant bloqué entre les deux parties, alors que se profilent des vacances de Noël perturbées par les grèves dans les transports ? "Il a fait preuve d'ouverture sur des sujets importants pour nous, comme la pénibilité, le minimum de pensions, la possibilité d'avoir des retraites progressives", répond Laurent Berger, qui demande par ailleurs "des chiffres"