Rentrée scolaire : "On est encore loin du zéro Covid"

, modifié à
  • A
  • A
6.5 millions d'élèves de maternelle et du primaire vont faire leur rentrée. 8:37
6.5 millions d'élèves de maternelle et du primaire vont faire leur rentrée. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Après trois semaines de fermeture, les écoles rouvrent lundi. 6.5 millions d'élèves de maternelle et du primaire vont faire leur rentrée, avec un dispositif renforcé et des tests salivaires disponibles. Mais des inquiétudes demeurent du côté des enseignants et des syndicats. Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, et Nathalie Elimas, la secrétaire d'Etat en charge de l'Education prioritaire, étaient invitées au micro d'Europe 1 dimanche soir.
INTERVIEW

La date est inhabituelle et pourtant, c’est bien l’heure de la rentrée pour les élèves de maternelle et de primaire. Après une semaine d’école à distance puis deux de vacances, ils vont faire leur retour dans les établissements. Avec encore une fois la menace du Covid-19.

"Il faut tester massivement et régulièrement les élèves"

Le gouvernement a annoncé un dispositif renforcé, avec notamment 400.000 tests salivaires disponibles dès lundi. "Ça ne permettra pas à tous les élèves d’être testés régulièrement. D’autant plus qu’il faut du personnel pour faire passer ces tests", a regretté Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire, dimanche soir sur Europe 1. "Il faut tester massivement et régulièrement les élèves", insiste-t-elle.

"Nous allons monter en puissance", a assuré la secrétaire d'Etat en charge de l'Education prioritaire, Nathalie Elimas, "400.000 tests seront proposés cette semaine, 500.000 la semaine suivante, puis 600.000 la semaine d’après avec l’objectif d’arriver à un million proposer par semaine pour les élèves".

Des autotests disponibles pour les profs

Pour les professeurs, des autotests seront proposés à partir de lundi. "Les professeurs et le personnel des écoles pourront bénéficier de deux autotests par semaine. Les autotests seront aussi proposés aux lycéens dans les deux mois", a précisé Nathalie Elimas. "Les autotests auraient pu être intéressants pour les élèves élémentaires mais malheureusement ils ne sont pas autorisés", a de son côté regretté Guislaine David.

Des inquiétudes autour des cantines

Pour cette rentrée, un protocole renforcé a été mis en place. Une classe sera fermée dès qu’un cas de Covid-19 sera détecté. Mais les syndicats craignent "des trous dans la raquette", selon les mots de Guislaine David. "Dans les cantines, rien n’a été fait. On sait que le protocole ne va pas être suffisamment strict et encadré pour éviter le risque de contamination. On est encore loin du zéro Covid. On aurait pu mettre en place des choses beaucoup plus importantes pour éviter tout ca", pointe-t-elle du doigt.

"Nous avons renforcé les protocoles dans les cantines. Les élèves déjeunent par groupe, à la même heure, au même endroit tous les jours, à la même table, avec une distanciation renforcée de deux mètres. Avec les beaux jours, on pourra aussi proposer aux élèves de déjeuner sous les préaux et dans les gymnases. On peut aussi proposer des paniers repas. En dernier recours, les collectivités pourraient aussi déjeuner d’ouvrir la restauration aux seuls enfants qui ne pourraient pas déjeuner à la maison", répond la secrétaire d’Etat.

Une vaccination trop lente ? 

La vaccination des enseignants est un autre point de tension. 15.000 enseignants ont été vaccinés. "C’est très peu", déplore Guislaine David. Selon les chiffres du Ministère, 170.000 professeurs et personnels éducatifs sont éligibles à la vaccination prioritaire, ce qui représente 18% des professeurs.

Europe 1
Par Léa Leostic