Reims : quand des enfants de 11 ans rejugent une affaire

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Des enfants de CM2 et de 6ème ont participé à un faux procès la semaine dernière à Reims dans lequel ils ont rejugé (sévèrement) une véritable affaire.
REPORTAGE

À Reims, des élèves de CM2 et de 6ème ont reçu toute l'année des policiers et des magistrats qui leur ont expliqué le fonctionnement de la justice. Une plongée dans l'univers judiciaire qui a abouti la semaine dernière à un faux procès, basé sur une vraie affaire. Les enfants se sont glissés dans le rôle des victimes, des prévenus mais aussi des jurés dans un dossier bien réel, une affaire d'arrestation pour port d'armes. Et pour les encadrer, de vrais juges, avocats et procureurs ont joué le jeu. Reportage.

Des enfants chargés de juger une véritable affaire

Dès l'entrée du juge et de ses assesseurs, chacun écoute patiemment les débats. Une heure d'interrogatoires et de réquisitions plus tard, les jurys de 11 ans se sont retirés pour livrer un délibéré qu'ils ont dû justifier. "Il n'a pas essayé de la tuer", observe l'un d'entre eux. "Et puis il a menti", renchérit un autre. "On est d'accord : quatre ans de prison ferme", résume un autre. "Au départ, on voulait donner quatre ans mais on croyait que c'était trop donc on a mis deux ans. Il ne peut pas traîner dans la rue avec une arme", conclut le jeune garçon.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Une peine bien plus lourde que celle prononcée dans la réalité. Le prévenu de cette affaire avait été condamné à trois mois de prison avec sursis. Chantal Bine, la substitut du procureur, reconnait volontiers qu'il est difficile de tout appréhender, du contexte à la personnalité du prévenu. Mais pour elle, l'objectif de cette démarche est ailleurs.

Sensibiliser les enfants à un moment charnière

"Dans ce cas, le mineur s'était laissé influencer", explique-t-elle au micro d'Europe 1. "On voudrait les sensibiliser sur l'usage des armes et la consommation de stupéfiants. C'est très important qu'il y ait cette conscience." Une expérience qui portera certainement ses fruits auprès de ces élèves qui se trouvent à un moment de charnière, à la fin de l'école primaire ou au début du collège.

Europe 1
Par Jean-Sébastien Soldaïni, édité par Marthe Ronteix