Référendum en Nouvelle-Calédonie : deux sondages annoncent une défaite des indépendantistes

  • A
  • A
Les Calédoniens pourraient rejeter l'indépendance de leur État, selon deux sondages
Les Calédoniens pourraient rejeter l'indépendance de leur État, selon deux sondages © LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :
Selon deux sondages récents, une majorité de Calédoniens s'apprête à voter "non" au référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie qui se tiendra le 4 novembre.

Deux sondages publiés cette semaine en Nouvelle-Calédonie annoncent une nette défaite des indépendantistes, au référendum d'autodétermination, qui aura lieu le 4 novembre dans l'archipel.

Près de 175.000 votants. Selon la liste définitive des inscrits qui vient d'être communiquée par l'État et qui est soumise au respect d'un certain nombre de critères, 174.154 électeurs seront appelés à répondre à la question : "Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?". 

En début de semaine, l'institut Quid Novi, franchise de Kantar-TNS, avait indiqué que 69 à 75% des électeurs sont susceptibles de voter "non" à l'indépendance lors de la consultation du 4 novembre. La participation était mesurée à 86%.

Une majorité de "non" au référendum. Publié mercredi, un sondage réalisé par l'institut local I-Scope* pour la télévision Caledonia entre le 30 juillet et le 8 août 2018 révèle que 63% des personnes interrogées ont l'intention de voter "Non" à l'indépendance, 28% veulent voter "Oui" et 9% des sondés n'ont pas encore fait leur choix.

Les Kanaks plus favorables à l'indépendance. Alors que les statistiques ethniques sont autorisées en Nouvelle-Calédonie, ce sondage rapporte aussi que 47% des sondés se déclarant Kanak, population autochtone de l'île, sont favorables à l'indépendance, 29% y sont opposés tandis que 24% sont indécis ou ne veulent pas répondre.

À la base de la revendication d'indépendance, les Kanaks constituent la communauté de ce territoire à la population multiethnique où l'indécision est la plus importante. "Quand vous agrégez les résultats des élections territoriales depuis 2004, vous retrouvez ce rapport de force. Il n'y a pas de surprise et on se demande quel est l'intérêt de ce référendum", a réagi le sénateur LR Pierre Frogier.

Le principe du référendum ne fait toujours pas l'unanimité. Le scrutin intervient au terme d'un processus graduel de décolonisation inscrit dans l'accord de Nouméa (1998). Le parlementaire, qui n'a pas été suivi par le reste de la classe politique, prônait la recherche d'une solution négociée en lieu et place de "ce vote binaire".

"C'est vrai que le rapport de force ne bouge pas. Cela dit pour moi, l'enjeu reste ouvert. On verra le 4 novembre. Notre combat ne s'arrête pas ce jour-là", a pour sa part déclaré sur Caledonia, Daniel Goa, porte-parole du FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak Socialiste, indépendantiste).

*L'Enquête I-Scope a été réalisée au téléphone selon la méthode des quotas sur un échantillon de 628 personnes de 18 ans et plus présentes sur la liste référendaire. Les enquêtes Quid Novi ont été réalisées en trois vagues entre juin et août 2018 au téléphone selon la méthode des quotas sur un échantillon de 2.086 personnes de 18 ans et plus.