"Ras le viol" : les féministes en nombre dans la rue contre les violences sexistes

  • A
  • A
Des milliers de jeunes qui marchaient entre la place de l'Opéra et celle de la République, avec le hashtag #NousToutes.
Des milliers de jeunes qui marchaient entre la place de l'Opéra et celle de la République, avec le hashtag #NousToutes. © AFP
Partagez sur :
Des dizaines de milliers de femmes et d'hommes sont descendus dans la rue samedi à l'appel d'un collectif qui avait appelé à un "raz-de-marée féministe", contre les violences faites aux femmes, un an après #MeToo. 
REPORTAGE

Les "gilets jaunes" n'étaient pas les seuls à se mobiliser samedi, à Paris. Des femmes et des hommes ont aussi fait entendre leurs voix pour dire "stop" aux violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Des défilés ont eu lieu dans une cinquantaine de villes à travers la France. Selon le ministère de l'Intérieur, 12.000 personnes ont défilé samedi à Paris. Un an après la vague #MeToo, la jeune génération était très présente. 

Une parole qui se libère peu à peu. Des milliers de jeunes qui marchaient entre la place de l'Opéra et celle de la République, avec le hashtag #NousToutes, contre les violences faites aux femmes. Elles étaient nombreuses et pour beaucoup d'entre elles, la parole s'est libérée, affirme Élise, pour qui les femmes ne veulent plus se taire après #MeToo. "Les jeunes femmes se rendent compte qu'être féministe c'est pas un gros mot. Ça n'est pas du tout contre les hommes, mais que c'est juste vouloir vivre dans un monde un peu plus égalitaire", explique Élise au micro d'Europe 1. "Elles se sont peut-être rendues compte avec #MeToo que le monde n'était pas si égalitaire que ça, qu'il fallait qu'on le change et qu'on le fasse avancer. Je trouve ça assez positif de voir des très jeunes femmes". 

"C'est notre génération qui va pouvoir changer les choses". Parmi les manifestantes, des jeunes hommes. Beaucoup de femmes dans le cortège l'affirment : c'est la première fois qu'ils sont autant présents dans ce type de manifestations. Bruno a une petite fille de 7 ans et c'est pour elle qu'il descend pour la première fois dans la rue pour dire "non" aux violences envers les femmes. "Que ma fille grandisse dans un environnement où elle est d'abord un être humain et pas un objet sexuel", affirme-t-il au micro d'Europe 1. "C'est pas parce-qu'elle est une fille qu'elle est moins capable. Et ma fille me dit des fois qu'elle est contente de la manière dont ses parents l'ont élevée, elle arrive à se sentir légitime à des endroits où elle sent que le regard extérieur est surpris qu'elle soit là. Mais ça montre qu'il y a du progrès à faire dans la société entière". "C'est notre combat que l'on soit homme ou femme", "c'est notre génération qui va pouvoir changer les choses", ont aussi affirmé de nombreux manifestants.  

Europe 1
Par Pauline Jacot, édité par Ophélie Gobinet