Procès Barbarin : "Il serait scandaleux qu'il n'y ait aucune condamnation", réagit un plaignant

, modifié à
  • A
  • A
2:30
© JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
La procureure adjointe n'a requis aucune condamnation mercredi lors du procès du cardinal Philippe Barbarin, accusé de non dénonciation d'actes pédophiles. Le parquet avait déjà classé cette affaire sans suite en 2016.
RÉACTION

Il comparaissait pour non dénonciation d'agressions sexuelles. La procureure adjointe n'a requis mercredi aucune condamnation contre le cardinal Barbarin, ni contre les autres membres de la hiérarchie catholique lyonnaise. Elle a ainsi suivi la décision déjà rendue en août 2016 par le parquet de Lyon, qui avait classé le dossier sans suite. "Je suis scandalisé. J'ai eu l'impression de ne voir aucune empathie dans cette femme. Elle a mis une pression énorme sur les juges", s'est indigné Pierre-Emmanuel Germain-Thill, l'un des plaignants, au micro d'Europe 1, .

 

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"J'ai l'impression qu'en dix minutes, on a tout balayé d'un revers de la main". "Avec tous les éléments qui ont été détaillés depuis deux jours et demi. J'ai l'impression qu'en dix minutes, on a tout balayé d'un revers de la main. J'ai l'impression que depuis deux jours on se bagarre pour rien", poursuit cette victime présumée du père Preynat, suspecté d'avoir abusé en toute impunité de dizaines d'enfants pendant plusieurs décennies. "Quand on voit tous les éléments qui ont été détaillés, il serait scandaleux qu'il n'y ait aucune condamnation", ajoute-t-il, alors que le décision du tribunal devrait être mise en délibéré d'ici quelques semaines.

" Quand on témoignait, je n'ai pas vu une seule âme de compassion "

Le silence des accusés. Pierre-Emmanuel Germain-Thill estime encore que l'Église catholique française refuse d'être mise face à ses responsabilités dans cette affaire. "Quand on voit des gens qui se pointent ici et qui refusent de répondre aux questions, c’est un irrespect total pour les victimes", s'agace-t-il. "Après, on dit qu'on pense à eux et qu'on veut pardonner, etc. J'ai surtout vu beaucoup de gens en train de prier, pendant que nos avocats faisaient les plaidoiries. Quand on témoignait, je n'ai pas vu une seule âme de compassion", conclut le plaignant.

Europe 1
Par Jean-Luc Boujon, édité par Romain David