Pourquoi la question de la laïcité doit traverser tous les enseignements

  • A
  • A
manifestation samuel paty professeur attentat
Rassemblement en hommage à Samuel Paty, le 17 octobre 2020 à Rennes, au lendemain de son assassinat. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, samedi, Philippe Meirieu, spécialiste des sciences de l'éducation a expliqué la nécessité d'engager un travail de fond auprès des enseignants pour les accompagner au quotidien. Un chantier qui commence par un renforcement de leur formation continue, et une réflexion transdisciplinaire autour de la laïcité.
INTERVIEW

Une semaine après l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie, à peine 400 m de son collège, le monde enseignant est encore sous le choc. Évoquée vendredi par Le Parisien, une note du renseignement territorial alerte sur l'inquiétude des professeurs pour la rentrée des classes du 2 novembre prochain.

Une inquiétude dont Philippe Meirieu se fait également l'écho. Invité d'Europe 1, samedi, le spécialiste des sciences de l'éducation et de la pédagogie évoque la nécessité de prendre en compte le "traumatisme profond du corps enseignant". Auteur de Ce que l'école peut encore pour la démocratie. (éditions Autrement), celui-ci estime qu'un travail de fond doit être engagé aux côtés des familles des élèves, mais aussi autour de la formation continue des professeurs, notamment en ce qui concerne la notion de laïcité.

Une formation "pas à la hauteur des enjeux qu'ils doivent affronter"

"Il faut développer la formation continue des enseignants", insiste Philippe Meirieu. "Ils le disent : ils ne se sentent pas suffisamment accompagnés dans leur travail quotidien." Selon le spécialiste de l'éducation, la formation continue des enseignants n’est "pas à la hauteur des enjeux qu’ils doivent affronter". Des enjeux tels que l'enseignement de la liberté d'expression et de la laïcité, au coeur de l'affaire de l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, et qui selon lui, ne concernent pas uniquement les professeurs d'histoire-géographie. Car Philippe Meirieu le rappelle : "cette question de la laïcité doit traverser tous les enseignements".

"La laïcité est incarnée par l'école toute entière", explique celui qui a également co-écrit L'Éducation peut-elle être encore au coeur d'un projet de société ? (Éditions de l'Aube). "Dès qu'on entre dans l'école, on entre dans un lieu dédié à la recherche de la précision, de la justesse, de la vérité", développe-t-il. "Un lieu où l'on s'efforce de distinguer le croire et le savoir".

"Déstabiliser" un certain nombre de "croyances" des élèves

C'est en partie là que la formation des professeurs a un rôle central à jouer, selon lui. Il faut d'ailleurs que "dès la maternelle, tous les enseignants perçoivent bien que ce travail sur la distinction entre le croire et le savoir est un travail fondateur et essentiel". Un travail qui doit se faire dans toutes les disciplines au quotidien.

En histoire, en français, et même en mathématiques, l'élève peut avoir des croyances, dit-il. "L’élève croit que quand on divise un nombre, ce qui reste est toujours plus petit. Eh bien on va lui montrer que si on divise par 0,5, le nombre qu’on obtient va être plus grand." Par cet enseignement, "on va déstabiliser un certain nombre de ses croyances", assure Philippe Meirieu. "Et ne croyons pas que cela ne va pas avoir d’influence progressivement sur sa manière de concevoir le monde", poursuit-il. "Cela lui permet de penser contre lui-même, de résister aux dogmatismes et d’entendre la vertu de la recherche de la vérité contre toutes les formes d’emprise sur les esprits".

Europe 1
Par Pauline Rouquette