Laïcité à l'école : "Les enfants sont soumis à la parole des parents"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les signalements d'atteintes à la laïcité augmentent en école primaire. Iannis Roder, professeur d'histoire-géo à Saint-Denis et membre du Conseil des sages sur la laïcité, impute cette augmentation au comportement des parents d'élèves. 
INTERVIEW

Comment se porte la laïcité à l'école ? Alors que le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer​ ​a ouvert ce mardi un séminaire des équipes académiques sur le sujet, 900 signalements d'atteinte à la laïcité en milieu scolaire ont été recensés entre avril et juin 2019. Ce type d'incident se fait plus rare au lycée, mais il se généralise au contraire dans les écoles primaires. Invité sur Europe 1, Iannis Roder, professeur d’histoire-géo en collège à Saint Denis et membre du Conseil des sages sur la laïcité, impute ce phénomène au comportement des parents d'élèves. 

Affiche polémique

"Nous savons aujourd'hui que des enfants en bas âge se comportent comme des adultes. C'est-à-dire par exemple que certains petits garçons refusent de donner la main à des petites filles. Ces enfants sont nécessairement soumis à la parole des parents", affirme-t-il. Le professeur s'est dit par ailleurs "choqué" par des affiches mises en circulation par la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) à l’occasion des élections de ses représentants. On y voit la photo d'une mère d'élève voilée, accompagnée d'un sous-titre : "La laïcité, c’est accueillir à l’école tous les parents sans exception". 

"Elle me choque pour deux raisons", s'est expliqué Iannis Roder. "La première, c'est qu'elle émane de la FCPE, qui est une organisation de parents d’élèves de l’école publique laïque, et prenant des positions qui, à mon sens, ne peuvent pas être partagées par toute la base de la FCPE. D'autre part, il ne faut pas considérer que l’accompagnement par les parents des sortis scolaires est un droit : c'est un usage." Interrogé au sujet de cette affiche sur BFMTV, le ministre de l’éducation nationale l'avait jugée "regrettable". 

Europe 1
Par Europe1.fr