Policier tué à Avignon : une "marche citoyenne" à Paris le 19 mai

, modifié à
  • A
  • A
Les policiers sont appelés par leurs syndicats à marcher à Paris le 19 mai (photo d'illustration).
Les policiers sont appelés par leurs syndicats à marcher à Paris le 19 mai (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Dans une démarche quasi-inédite, l'ensemble des organisations syndicales, allant d'Alliance à Unité SGP-Police, ont décidé d'appeler à une "marche citoyenne" le 19 mai à Paris en hommage à leur collègue tué à Avignon, dimanche. 

L'ensemble des syndicats de police ont appelé jeudi à une "marche citoyenne" le 19 mai à Paris, après un hommage dimanche à Avignon à leur collègue tué dans cette ville sur un point de deal, et décidé de suspendre leur participation le 17 mai au "Beauvau de la sécurité". Dans une démarche quasi inédite, l'ensemble des organisations syndicales, allant d'Alliance à Unité SGP Police, aux syndicats des commissaires et des officiers, à ceux des personnels administratifs en passant par ceux de la police scientifique et technique, ont décidé de ces actions communes lors d'une visioconférence jeudi après-midi, ont expliqué à l'AFP plusieurs participants.

Colère et stupeur dans la profession

Mercredi en fin d'après-midi, le brigadier Eric Masson, 36 ans, a été tué par balle sur un point de deal, dans le centre d'Avignon, où il avait été appelé avec son équipage. Ses collègues avaient riposté, mais sans parvenir à arrêter le tireur qui jeudi soir était toujours en fuite. La mort de ce policier de 36 ans, après celle fin avril de Stéphanie Montfermé, administrative au commissariat de Rambouillet, par un Tunisien radicalisé, a plongé l'ensemble de la police dans la stupeur, voire la colère.

En fin de matinée jeudi, depuis Avignon, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a organisé avec les syndicats de la police une visioconférence pour les assurer de son soutien et leur promettre de les recevoir, en présentiel, la semaine prochaine. Mais d'ores et déjà jeudi, les syndicats ont décidé, outre l'hommage à Eric Masson dimanche à Avignon, de donner de la voix pour afficher leur malaise par une "marche" le 19 mai à Paris.

Ils ont décidé également de ne pas participer le 17 mai au "Beauvau de la sécurité" dont les tables rondes au ministère de l'Intérieur devaient reprendre ce jour-là. Au menu de celle du 17 mai: le maintien de l'ordre.