Plastique jetable : "Il est urgent d'agir pour qu'on ne se retrouve pas avec un océan qui étouffe"

  • A
  • A
18 tonnes de plastique finissent chaque jour dans les océans. 2:33
18 tonnes de plastique finissent chaque jour dans les océans. © STEFAN HEUNIS / AFP
Partagez sur :
Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, a lancé un appel, jeudi sur Europe 1, pour participer à des collectes de plastique. Ces actions, menées en ville, dans les campagnes et sur le littoral, visent à ramasser les déchets plastiques avant que ceux-ci n'aillent polluer les océans.
INTERVIEW

Les chiffres font froid dans le dos. Chaque minute dans le monde, 18 tonnes de plastique sont déversées dans l'océan. En 2050, si rien ne change, il y aura d'ailleurs plus de plastique que de poissons dans la mer... Une situation alarmante due à "une production et une consommation de plastique absolument frénétique", a rappelé Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, jeudi sur Europe 1. "Le plastique est pratique, donc utilisé largement. Mais on ne s'est jamais posé la question de ce qu'on allait en faire une fois utilisé. Et comme la moitié des plastiques que nous produisons est à usage unique, il n'est pas surprenant que beaucoup finissent dans la campagne, les villes et en mer."

Agir sur terre pour empêcher la pollution de la mer

Aujourd'hui, moins de 10 % du plastique produit est recyclé. "Quand on jette un plastique, il est emporté par les vents dans les rivières, et il arrive en mer", explique Sabine Roux de Bézieux. Une fois dans l'eau, "assez vite, il se décompose en micro-particules et finit au fin fond de l'océan." Il est alors impossible de le collecter pour l'enlever des fonds marins. "L'enjeu, c'est donc d'aller stopper le robinet des 18 tonnes par minute directement à terre."

Pour ce faire, Sabine Roux de Bézieux et sa Fondation ont lancé une plateforme, appelée "un geste pour la mer". "Cela permet de créer une communauté avec les citoyens, les associations et les collectifs mobilisés pour organiser des collectes" de plastique, détaille la présidente de la Fondation de la mer. "Chacun peut s'inscrire pour participer à une collecte de déchets en ville, à la campagne, en bord de fleuve et de rivière ou sur le littoral. Il est urgent d'agir pour qu'on ne se retrouve pas avec un océan qui étouffe."

Europe 1
Par Margaux Baralon