Patrick Bernasconi, président du CESE : "Les citoyens tirés au sort devraient rester au maximum un an"

, modifié à
  • A
  • A
Patrick Bernasconi, président du CESE était l'invité d'Europe 1 samedi 3:19
Patrick Bernasconi, président du CESE était l'invité d'Europe 1 samedi © Europe 1
Partagez sur :
Invité samedi matin sur Europe 1, le président du Conseil économique, sociale et environnementale (CESE), Patrick Bernasconi, a accueilli avec enthousiasme l'idée d'accueillir 150 citoyens tirés au sort au sein de l'organisme, appelant à leur renouvellement régulier.
INTERVIEW

L'idée d'accueillir 150 citoyens tirés au sort au sein du CESE lui plaît bien. Invité samedi matin sur Europe 1, le président du Conseil économique, sociale et environnementale, Patrick Bernasconi, accueille avec enthousiasme la mesure annoncée jeudi soir par Emmanuel Macron. Celle-ci fait d'ailleurs écho à de précédentes initiatives de l'institution, rappelle-t-il.

Un groupe de 28 citoyens tirés au sort pour le grand débat

"Dans le cadre du grand débat, on avait décider d'expérimenter le tirage au sort de citoyens au CESE (...) parmi un panel d'une dizaine de milliers de citoyens volontaires, qui s'étaient préalablement inscrits", explique Patrick Bernasconi. Le CESE a ainsi constitué un groupe de 28 citoyens représentatifs de la population française, qui a pris part à ces échanges. "Cette méthode marche !", assure-t-il. 

Un nécessaire renouvellement

S'il juge cette expérience concluante, le président de l'organisme estime aussi que le panel tiré au sort doit être régulièrement renouvelé. "Pas question d'avoir des citoyens tirés au sort qui resteraient toute une mandature. On n'aurait pas de respiration. Il faut qu'ils soient là maximum un an, le temps d'un avis pour apporter un autre regard, et après d'autres viennent".