Nordahl Lelandais visé par une nouvelle plainte pour avoir agressé une cousine

, modifié à
  • A
  • A
Les faits se sont produits un mois avant l'assassinat du caporal Noyer, pour lequel Lelandais est mis en examen. 1:25
Les faits se sont produits un mois avant l'assassinat du caporal Noyer, pour lequel Lelandais est mis en examen. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Âgée de 14 ans au moment des faits, en mars 2017, la victime présumée dénonce des attouchements de la part de son "grand cousin" le jour de l'enterrement de son père, ainsi que des menaces de mort. 

Une petite cousine de Nordahl Lelandais, âgée de 16 ans, a porté plainte contre lui pour agression sexuelle et menaces de mort, a-t-on appris lundi auprès de son avocate, confirmant des informations de BFMTV.

Cette plainte a été déposée dans l'Est de la France, selon Me Caroline Rémond, sans préciser auprès de quel parquet. Une enquête a été ouverte, au terme de laquelle l'avocate souhaite que le dossier soit transféré à Grenoble où sont instruites trois des quatre autres affaires reprochées à Lelandais. Les faits dénoncés par l'adolescente remontent à mars 2017, c'est-à-dire un mois avant l'assassinat du caporal Arthur Noyer (en avril 2017 en Savoie) pour lequel Nordahl Lelandais est mis en examen.

Des attouchements de la part de son "grand cousin" le jour de l'enterrement de son père

L'ancien maître-chien, âgé de 36 ans, est aussi mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys (fin août 2017 en Isère) et des agressions sexuelles commises sur deux petites cousines quelques semaines auparavant, âgées de quatre et six ans au moment des faits. Me Rémond représente aussi ces deux fillettes. La nouvelle victime présumée de Lelandais avait 14 ans en 2017. Dans une vidéo diffusée lundi par BFMTV - où elle apparaît dans l'ombre sans qu'on puisse la reconnaître, sa voix ayant été modifiée - elle raconte avoir subi, le jour de l'enterrement de son père, des attouchements de la part de son "grand cousin". 

"Sous prétexte de lui faire un câlin (...) il met les mains le long de son corps, descend jusqu'à ses fesses sur lesquelles il reste avec insistance. Et puis il remonte le long de son dos (...) lui touche la poitrine", détaille Me Rémond au micro d'Europe 1. 

"En souvenir de Maëlys"

Le mis en cause aurait ensuite menacé de la tuer si elle disait quelque chose. "Elle se débat, arrive à se dégager", raconte encore Me Rémond, "mais il lui dit 'si tu parles, je te tue'".  Deux ans plus tard, la jeune fille a porté plainte après s'être confiée à sa mère. Interrogée sur le temps séparant la plainte des faits, Caroline Rémond explique que la victime présumée s'est décidée à parler après les révélations des accusations d'agressions contre deux petites cousines de Nordahl Lelandais. "Elle culpabilise énormément (...) elle se dit 'je ne peux plus garder ça pour moi'".