Le directeur marketing de Nocibé traite l'humoriste Yassine Belattar de "pourriture d'islamiste", il est suspendu de ses fonctions

, modifié à
  • A
  • A
L'enseigne de parfumerie s'est désolidarisée des propos de son directeur marketing, mais sans annoncer de sanctions.
L'enseigne de parfumerie s'est désolidarisée des propos de son directeur marketing, mais sans annoncer de sanctions. © Nocibé
Partagez sur :
Après des insultes racistes proférées sur Twitter par Alain Bizeul à l'encontre de Yassine Belattar, des internautes ont appelé au boycott de Nocibé. L'enseigne a rapidement fait savoir qu'elle avait suspendu son directeur du marketing. 

Il y a quelques jours, après que Éric Zemmour a été invité par LCI pour évoquer l'antisémitisme, l'humoriste Yassine Belattar avait annoncé son intention de quitter la chaîne, sur laquelle il tenait une chronique hebdomadaire dans l'émission Audrey & Co, présentée par Audrey Crespo-Mara.

Sur Twitter, Alain Bizeul, directeur marketing de Nocibé, avait alors fait part de sa satisfaction, en des termes pour le moins violents, comme en témoignent ces captures d'écran réalisées par le compte Twitter "Fallait Pas Supprimer", spécialisé dans les captures d'écran de tweets supprimés ensuite par leurs auteurs. 

Lundi, Alain Bizeul avait retweeté le message de Yassine Belattar, accompagné des mots "Bon débarras pourriture d'islamiste". Il avait ensuite répondu à un internaute qui avait pris la défense de l'humoriste dans des termes tout aussi violents.

"Positions à titre privé". Jeudi, l'enseigne de parfumerie a réagi, indiquant se désolidariser des propos tenus par Alain Bizeul. "Alain Bizeul a pris des positions à titre privé sur Twitter. Nous ne cautionnons aucunement ces propos en totale contradiction avec nos valeurs et ils n’engagent en rien Nocibé", indique la marque sur son compte Twitter. 

Puis la marque a ensuite fait savoir à plusieurs médias dont Le Parisien et LCI qu'Alain Bizeul avait été suspendu de ses fonctions. 

Appels au licenciement et au boycott. Estimant cette réaction insuffisante, des internautes avaient réclamé le licenciement du directeur marketing. D'autres, dont Yassine Belattar en personne, avaient appelé au boycott de la marque. 

SOS Racisme rappelle que ces propos tombent sous le coup de la loi. Dans un communiqué publié jeudi, SOS Racisme rappelle que les propos tenus par Alain Bizeul tombent sous le coup de la loi. L'association condamne "des insultes qui suintent la haine antimusulmans" et demande au Parquet d'ouvrir une enquête préliminaire.

Vendredi, l'avocat d'Alain Bizeul, Me Sahand Saber a fait savoir que les "tweets personnels visaient exclusivement l'idéologie islamiste radicale". "Il se défend donc de tout propos raciste visant les musulmans, leur communauté et leur religion. Il ne s'adressait en aucune façon aux citoyens de confession musulmane qu'il respecte sincèrement", poursuit le communiqué.