Mort de trois adolescents dans une explosion en 2015 : la justice ouvre une information judiciaire

, modifié à
  • A
  • A
La justice avait dans un premier temps ouvert une enquête préliminaire, avant de classer l'affaire sans suite.
La justice avait dans un premier temps ouvert une enquête préliminaire, avant de classer l'affaire sans suite. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Le 13 juin 2015, trois adolescents de 14 à 16 ans avaient été tués dans une explosion de produits chimiques, alors qu'ils jouaient dans une maison abandonnée.

Une information judiciaire pour "homicides involontaires" a été ouverte après la mort de trois adolescents tués en 2015 dans l'explosion de produits chimiques à Bas-en-Basset, en Haute-Loire. La justice avait dans un premier temps ouvert une enquête préliminaire, avant de classer l'affaire sans suite.

"Les familles veulent connaître la vérité"

"À la suite de la plainte avec constitution de partie civile que nous avons déposée en avril, un juge d'instruction a été saisi et une information judiciaire a été ouverte", a expliqué Gilles-Jean Portejoie, avocat de la famille, confirmant une information de France 3. "Les familles sont satisfaites. Elles veulent connaître la vérité et demandent que la justice se donne les moyens de découvrir cette vérité. Elles ne sont pas satisfaites de ce qui a été fait jusqu'à présent."

L'unique survivant remet en cause la thèse des enquêteurs

Le 13 juin 2015, trois adolescents de 14 à 16 ans avaient été tués dans une explosion de produits chimiques, alors qu'ils jouaient dans une maison abandonnée. Un quatrième, grièvement blessé, avait survécu. L'unique survivant avait remis en cause la thèse des enquêteurs selon laquelle la bande d'amis préparait des fumigènes et des explosifs pour jouer à l'airsoft, un jeu de simulation de combat cousin du paintball. Selon lui, les quatre adolescents auraient découvert sur les lieux un sac contenant des produits chimiques. Deux de ses camarades s'en seraient alors approchés et l'explosion serait survenue à ce moment-là.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP