Mobilisation de Sentinelle : Mélenchon veut que Philippe s'explique devant l'Assemblée

  • A
  • A
Jean-Luc Mélenchon dénonce une décision "périlleuse".
Jean-Luc Mélenchon dénonce une décision "périlleuse". © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Pour le chef de file des Insoumis, la décision du gouvernement de mobiliser la mission sentinelle lors de l'acte 19 des "gilets jaunes" a "sidéré de nombreux républicains". 

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a demandé "solennellement" vendredi au Premier ministre Édouard Philippe de venir s'expliquer devant l'Assemblée nationale sur la mobilisation de la mission Sentinelle samedi lors des manifestations des "gilets jaunes".

"Une décision aussi aventureuse que périlleuse". Dans une lettre adressée à Édouard Philippe, Jean-Luc Mélenchon affirme que la décision annoncée mercredi de mobiliser la mission antiterroriste militaire "a sidéré de nombreux républicains", arguant qu'"en aucun cas des manifestants ne peuvent être considérés comme des ennemis de l'intérieur". "Le gouvernement doit s'expliquer devant la représentation nationale sur une décision aussi aventureuse que périlleuse", écrit-il.

Le responsable LFI rappelle que l'article 50-1 de la Constitution dispose que le gouvernement peut notamment "à la demande d'un groupe parlementaire" faire, "sur un sujet déterminé, une déclaration qui donne lieu à débat et peut, s'il le décide, faire l'objet d'un vote sans engager sa responsabilité". Le groupe des Insoumis demande donc "solennellement" à Edouard Philippe de se rendre "dès que possible" à l'Assemblée pour une déclaration "sur l'emploi de militaires dans des opérations de maintien de l'ordre", celle-ci devant être "suivie d'un débat".

LFI réclame une audition de la ministre des Armées. Le député LFI Bastien Lachaud a aussi écrit vendredi au président de la commission de la Défense de l'Assemblée Jean-Jacques Bridey (LREM) pour réclamer une audition "en urgence" de la ministre des Armées Florence Parly et du chef d'état-major des armées, le général François Lecointre.

Le gouvernement, qui veut à tout prix éviter samedi une réédition des violences de la semaine dernière à Paris, a annoncé la mobilisation "renforcée" de Sentinelle, afin de permettre aux policiers et gendarmes de se concentrer sur le maintien de l'ordre. Les soldats ne feront pas de maintien de l'ordre et ne seront en aucun cas au contact de manifestants, ont assuré vendredi les ministres des Armées Florence Parly et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.