Maëlys : un an après, où en est l'enquête ?

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les circonstances de la mort de la fillette, que Nordahl Lelandais a reconnu avoir tuée "involontairement", restent floues. Une marche blanche a eu lieu en sa mémoire, lundi après-midi.

Au fil des mois, le scénario d'une disparition est devenu celui d'un meurtre, dont les circonstances restent floues. "Aujourd'hui, on ne sait toujours pas ce qui s'est réellement joué au cours de cette nuit du 26 au 27 août 2017", déplore Fabien Rajon, l'avocat des parents de Maëlys. Un an après, une marche blanche en hommage à la fillette de huit ans a eu lieu lundi à Pont-de-Beauvoisin, la commune où se déroulait le mariage lors duquel elle s'est volatilisée. Les enquêteurs continuent de mener un travail aussi titanesque que méticuleux, pour tenter d'éclaircir une mort que Nordahl Lelandais continue de présenter comme "involontaire", ainsi que les autres dossiers dans lesquels l'homme est impliqué.

La mort de Maëlys peut-elle être un "accident" ?

Acculé par la découverte d'infimes traces de sang dans sa voiture, Nordahl Lelandais, mis en examen quelques semaines seulement après la disparition de Maëlys, est sorti de son silence en février dernier pour livrer aux enquêteurs le récit d'une mort accidentelle. Selon lui, Maëlys serait montée dans sa voiture, garée sur le parking du mariage, pour aller voir ses chiens. Sur le trajet, elle aurait paniqué et lui aurait demandé de faire demi-tour en hurlant. L'ancien militaire lui aurait alors "mis un coup avec le revers de la main, violent, sur le visage", avant de constater qu'elle ne respirait plus.

Les dernières auditions du suspect, qui a passé plusieurs mois en hôpital psychiatrique, ont systématiquement tourné court. Les enquêteurs ne disposent donc pas davantage de détails sur sa version des faits. Le squelette et les vêtements de la fillette ont été passés au crible, mais son long séjour dans la montagne rend les expertises médico-légales complexes. Selon des résultats d'autopsie révélés par BFMTV, le corps de l'enfant présente des fractures à la mâchoires et au crâne, correspondant à des blessures survenues avant sa mort. Ces constatations semblent peu compatibles avec le récit du suspect, qui présente également une version des faits accidentelle dans l'affaire Arthur Noyer, autre dossier dans lequel il a depuis été mis en examen.

Quel a été le parcours de Nordahl Lelandais le soir du mariage ?

Au-delà du scénario du meurtre, celui des heures qui l'ont suivi intrigue les enquêteurs. Nordahl Lelandais affirme avoir déposé le corps de Maëlys derrière un cabanon situé à une centaine de mètres de la maison de ses parents, dans une commune voisine de Pont-de-Beauvoisin. Il serait ensuite retourné à la fête de mariage, puis rentré chez lui pour se débarrasser de la dépouille. Mais selon les informations du Dauphiné Libéré, aucune trace de sang n'a été retrouvée près du domicile du suspect, malgré des analyses menées en profondeur. Là encore, les investigations reposent pour l'instant quasi-uniquement sur les déclarations du suspect : les mouvements de son téléphone, placé en mode "avion" lors de ses déplacements ce soir-là, ne peuvent être retracés.

La fillette a-t-elle pu subir des attouchements ?

L'état de décomposition du corps n'a pas permis de le déterminer avec certitude. Mais la récente mise en examen de Nordahl Lelandais, pour "agression sexuelle" sur une cousine, âgée de six ans, vient renforcer les soupçons des enquêteurs. Ces attouchements se seraient produits une semaine avant la fête de mariage. Dans le téléphone du suspect, que les experts psychiatres jugent "pervers", les enquêteurs ont également retrouvé de nombreux fichiers pédopornographiques. Pour les parents de Maëlys, interrogés par BFMTV un an après la disparition de leur fille, ces éléments sont autant d'indices de la préméditation du meurtre. "Pour moi, il est venu au mariage en voulant faire du mal", estime la mère de la fillette.