Lorient : sursis pour quatre "gilets jaunes" jugés pour jets de projectiles sur des policiers

, modifié à
  • A
  • A
Au 7ème jour du mouvement des "gilets jaunes", samedi, environ 1.200 d'entre eux avaient investi un rond-point à Lanester. (Illustration)
Au 7ème jour du mouvement des "gilets jaunes", samedi, environ 1.200 d'entre eux avaient investi un rond-point à Lanester. (Illustration) © XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :
Le tribunal correctionnel de Lorient a condamné mercredi quatre "gilets jaunes" pour avoir lancé des projectiles sur les forces de l'ordre samedi soir à Lanester dans le Morbihan.

Quatre "gilets jaunes" poursuivis pour avoir lancé des projectiles sur les forces de l'ordre samedi soir à Lanester dans le Morbihan ont été condamnés à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Lorient, mercredi. Le parquet avait requis quatre mois de prison ferme à leur encontre. Les prévenus trois hommes et une femme étaient jugés en comparution immédiate et trois d'entre eux n'avaient pas d'antécédents judiciaires.

Des débordements liés à l'alcoolisation de participants. Au 7ème jour du mouvement des "gilets jaunes", samedi, environ 1.200 d'entre eux avaient investi un rond-point à Lanester. Face aux 80 policiers mobilisés, la tension est montée lorsque, en fin de soirée, la dispersion prochaine des manifestants a été annoncée au porte-voix. "Alors qu'une majorité de militants se tenait à une certaine discipline", indiquait ce mercredi Kenan Le Berre, président du tribunal de Lorient, "se sont produits des débordements liés à l'alcoolisation de participants".

Un homme interpellé avec trois boules de pétanque. Quatre d'entre eux sous l'empire d'un état alcoolique avaient été interpellés : une femme de 31 ans et trois hommes de 26, 29 et 36 ans domiciliés dans le Morbihan. L'un d'eux avait été interpellé avec trois boules de pétanque dans son sac à dos. A la barre, trois d'entre eux ont reconnu avoir lancé des cannettes ou des bouteilles en direction des forces de l'ordre, sans l'intention de blesser mais pour "répondre à leurs fumigènes", selon l'un d'eux. Le quatrième prévenu, le seul à compter des mentions à son casier judiciaire, n'a admis que des insultes à l'endroit des forces de l'ordre. 

Un comportement "irresponsable". Le vice-procureur Jean-François Ochrymczuk a tancé l'alcoolisation des prévenus et le comportement "irresponsable" qui en a découlé. Condamné à une peine avec sursis, ils ne retourneront pas en prison où trois d'entre eux ont passé ces deux dernières nuits. L'un des prévenus devra accomplir en supplément 105 heures de travail d'intérêt général.