"Gilets jaunes" : des manifestants comptent passer la nuit sur les barrages

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Samedi 17 novembre, les barrages, blocages et diverses opérations escargot des "gilets jaunes" ont perturbé la circulation et causé des accidents, faisant un mort et plus de 200 blessés. 
L'ESSENTIEL

Le mot d’ordre de la journée était clair : "Bloquons tout !". Pour faire pression sur le gouvernement après une nouvelle hausse du carburant, les automobilistes mobilisés sous le nom de "gilets jaunes" avaient appelé à bloquer des routes et des autoroutes dans toute la France, par le biais de manifestations et d’opérations escargot. Si les participants n'ont pas réussi à paralyser le pays comme ils le souhaitaient, tout le territoire a été touché par leurs actions. 

Les trois infos à retenir :

• Plus de 282.000 manifestants personnes ont participé aux différents blocages

• Une manifestante a été tuée sur un barrage par une voiture en Isère. Par ailleurs, des incidents ont fait 227 blessés dont 6 graves 

• Des dizaines de points de blocage étaient toujours en place samedi soir, des manifestants entendant dormir sur place  

Une manifestante décédée en Isère, plusieurs blessés

En Isère, à Pont-de-Beauvoisin, une manifestante d'une cinquantaine d'années a été tuée par une voiture sur un barrage. La conductrice, paniquée alors qu'elle emmenait sa fille chez le médecin, a accéléré et foncé sur les "gilets jaunes". Elle a été placée en garde à vue. Selon les premières informations dont nous disposons, cette action n'avait pas été déclarée en préfecture. "Notre niveau d'inquiétude est maximum", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. "C'est toute l'inquiétude que nous avions d'avoir des manifestations non organisées par des gens qui n'ont pas forcément l'habitude".

Les services du ministère de l'Intérieur ont également annoncé qu'un piéton renversé à Arras, âgé de 71 ans, était en "urgence absolue" mais son pronostic vital ne serait pas engagé, d'après La Voix du Nord. Près de Grasse, le correspondant d'Europe 1 a signalé une autre tentative de forcer un barrage. Un policier a été légèrement blessé et l'homme a été interpellé.

À Sélestat, en Alsace, une femme a été blessée, selon les DNA. Une voiture a roulé sur le pied de cette manifestante de 45 ans, prise en charge par les pompiers. Sur la rocade de Besançon, un automobiliste excédé par un barrage a fait demi-tour sur la rocade, roulant à contresens, et percuté frontalement d'autres voitures. Deux blessés légers sont à déplorer, rapporte L'Est Républicain.

Dans le Morbihan, à Lanester, un manifestant a aussi été blessé, selon notre correspondant sur place. A Hazebrouck, un fourgon a tenté de forcer un barrage et percuté deux piétons. A Sarlat, en Dordogne, un manifestant âgé de 88 ans a été blessé au genou après avoir été renversé par une voiture, a annoncé la préfecture. Le conducteur a été placé en garde à vue. Enfin à Quimper, dans le Finistère, un véhicule de manifestants a volontairement heurté 2 policiers qui ont été blessés, selon la préfecture. Un fonctionnaire a également été hospitalisé après avoir été percuté par un véhicule à Strasbourg. Au total, en fin d'après-midi, le ministère de l'Intérieur recensait 227 blessés dont 6 graves. 

Par ailleurs, une centaine de manifestants est parvenue à pénétrer dans la préfecture de l'Aube, à Troyes, samedi après-midi. Le bâtiment a été occupé pendant une vingtaine de minutes. À 19 heures, 117 interpellations et 73 gardes à vue avaient été décomptées en France.

Les "gilets jaunes" visaient les hypermarchés, les routes et les péages

A la mi-journée, les diverses opérations des "gilets jaunes" avaient provoqué 200 kilomètres de bouchons cumulés, soit moins qu'un jour de semaine normal, selon le ministère de l'Intérieur. Toute la journée, des difficultés de circulation ont été signalées sur plusieurs autoroutes, notamment l'A9 et l'A10. 

A la barrière de péage de Fréjus Saint-Raphaël, l'une des plus importantes du sud de la France, les gilets jaunes ont bloqué la route dans les deux sens une bonne partie de la journée. "On a essayé de concilier la sécurité et le respect de tous", a expliqué à Europe 1 Marina, une infirmière parmi les organisateurs. "Il y en a qui bossent, il y en a qui ont besoin de se déplacer, c'est normal. On essaie d'expliquer aux gens qu'on est pas là pour les embêter mais pour que les gens puissent vivre dignement de leur salaire." 

fred1280

Les accès aux supermarchés étaient aussi visés par les "gilets jaunes". Du côté d'Auchan, un certain nombre d'hypermarchés étaient fermés : Pau et Noyelles-Godault, dans le Pas-de-Calais, dès le matin et d'autres qui ont fermé leurs portes au cours de la journée, a indiqué un porte-parole. A cela s'ajoutaient dans l'après-midi 26 hypermarchés en "situation de blocus complet" et 20 dont les accès routiers étaient filtrés. Quarante stations ne délivraient plus de carburant. "On a des magasins qui ont été empêchés de fonctionner normalement" et notamment "pas mal en Bretagne", a de son côté indiqué un porte-parole de Système U. 

Au niveau des stations-service, Total a dénombré "environ 70 stations impactées (sur environ 3.500) à 16h30", a précisé un porte-parole du groupe. "Une petite dizaine ont rouvert dans l'après-midi après avoir fermé dans la matinée", a-t-il ajouté.

rennes1280

A Rennes, la circulation a été bloquée par des piétons sur la rocade, comme le montre la photo ci-dessus. A Laval, environ 600 véhicules et 170 motos ont été mobilisés pour une opération escargot, selon la préfecture de la Mayenne. Au total, en France, 200 points de blocage n'avaient pas encore été levés en début de soirée. Des manifestants ont annoncé qu'ils comptaient camper et passer la nuit sur leurs barrages et certains souhaitaient poursuivre le mouvement dimanche. L'accès à certaines autoroutes restait coupé ou difficile en début de soirée.

>> LIRE AUSSI - Blocages des routes : que risquent les "gilets jaunes" ?

À Paris, situation tendue près du palais de l'Elysée 

A Paris, dans l'après-midi, les manifestants ont décidé de descendre les Champs-Elysées, entraînant un blocage partiel de la circulation sur l'avenue. Des camions de police ont été mobilisés et les fonctionnaires ont fait usage de gaz lacrymogène. Certains participants se sont ensuite approchés de l'Elysée, notamment rue du Faubourg Saint-Honoré, occasionnant la fermeture de plusieurs boutiques. Les manifestants se sont dispersés en début de soirée. Il n'y a eu aucun blessé, aucune dégradation, d'après le préfet de police de Paris, Michel Delpuech.

gilets21280

Pourquoi se mobilisent-ils ?

Selon l’Union française des industries pétrolières, le litre de SP95 coûtait en moyenne 1,54€ fin octobre et le litre de diesel 1,51€, en hausse respectivement de 14% et 22% en un an. Les automobilistes critiquent avec virulence le gouvernement qui a décidé d’une nouvelle hausse des taxes au 1er janvier (6,5 centimes par litre de gazole et 2,9 centimes par litre d’essence).