"Les trains, on n'a pas compté dessus" : de plus en plus de voyageurs en bus pour éviter la grève

, modifié à
  • A
  • A
1:35
© PIROSCHKA VAN DE WOUW / ANP / AFP
Partagez sur :
Pour éviter les perturbations du réseaux ferroviaire lié à la grève SNCF contre la réforme des retraites, de nombreux voyageurs ont opté pour le bus pour partir et revenir de vacances, malgré des trajets plus longs et des prix qui grimpent, suivant la demande. 
REPORTAGE

23eme jour de grève à la SNCF contre la réforme des retraites. Alors que la mobilisation bat toujours son plein vendredi, avec en moyenne six TGV sur dix et un Transilien sur cinq, les Français ont appris à composer pour circuler en dépit des annulations de trains. A la gare de Bercy, ils sont nombreux à avoir choisi le bus pour partir et revenir de vacances de Noël. Europe 1 est allée à leur rencontre.

Les trajets durent beaucoup plus longtemps : escale oblige, il faut même compter jusqu’à 10h pour faire un Bordeaux-Lille. Mallaury s’est fait une raison : plutôt que de galérer en train, elle a directement réservé un aller-retour Lyon-Paris. "C’était plus économique et plus rapide. Les trains, on n'a pas compté dessus et la voiture, pour revenir à Paris, non plus", souligne-t-elle au micro d'Europe 1.

Les prix des bus explosent 

Même option pour Jean-Jacques qui voulait que sa fille le rejoigne pour les fêtes. Il lui a réservé un billet en ligne. "Ça a été bus directement puisqu'il n’y a pas de train, et rien n’est proposé en solution. Elle part à 15h35, elle arrive à 22 heures… C’est le système D, c’est pénible !"

Pénible aussi pour Romaric, utilisateur régulier des bus. Le prix de son billet a explosé à cause des grèves. "C’est un peu particulier car énormément de personnes prennent le bus à cause des grèves. Ils sont pleins et le prix est beaucoup plus élevé que le train. La première fois que je l’ai pris ça m’avait coûté 3 euros, là je l’ai payé quasiment 150." Pour le retour, il mise donc plutôt sur le covoiturage, encore moins cher. Le covoiturage, c’est aussi le plan de secours de milliers d’utilisateurs depuis maintenant 3 semaines. Les réservations ont plus que doublé selon les plateformes.

Europe 1
Par Emilie Dez, édité par Laetitia Drevet