Les radars automatiques, nouvelles cibles des "gilets jaunes"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Les "gilets jaunes" ont décidé de s'en prendre aux radars automatiques afin de "faire perdre de l'argent à l'État". Ce type de dégradation est lourdement sanctionné, mais cela est loin de les dissuader.

Les appels à neutraliser les radars automatiques se multiplient sur les réseaux sociaux. L'objectif est clair : "Faire perdre de l'argent à l'État." Un phénomène d'ampleur qui préoccupe les autorités. La Délégation à la sécurité routière, qui dépend du ministère de l'Intérieur, s'est refusée à communiquer lundi à Europe 1, le moindre chiffre concernant les radars mis hors service.

"On part à cinq, six motos, on fait le tour du périphérique nantais et on les bâche." De son côté, le site spécialisé Radars-auto.com évalue à plus de 600, soit environ 20% du parc national, le nombre d'appareils ayant été calcinés, dégradés, occultés, peints ou découpés à la meuleuse. Tous les procédés sont bons pour mettre fin à ce qui est qualifié de "racket de l'Etat".

Des "gilets jaunes" interpellés après avoir détruit des radars :

Deux radars ont été incendiés ces dernières nuits sur le périphérique de Nantes, où l'appel à s'attaquer à ces nouvelles cibles est suivi à la lettre par les "gilets jaunes". Mais la grande majorité des radars de Loire-Atlantique sont bombés à la peinture ou masqués. "J'en ai bâchés plusieurs. L'idéal, c'est en moto de nuit, pour gagner le maximum de temps et être mobile. On part à cinq, six motos, on fait le tour du périphérique nantais et on les bâche les uns après les autres", confie Sylvain, fonctionnaire le jour et saboteur la nuit, au micro d'Europe 1.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Les lourdes sanctions éventuelles ne les dissuadent pas. "On sait qu'il y a eu des radars brûlés. Ça a été chiffré à plus de 15.000 euros. On sait que ça peut monter très, très vite", poursuit-il. Et les sanctions encourues pour ces délits sont très lourdes. Mais Sylvain assure être "très bien" informé de ce qu'il risque, à savoir "amende voire prison". Pourtant, cela ne le dissuade pas : "Il faut être réaliste. En 1968, je pense que s'ils avaient réfléchi comme ça, ils n'auraient pas été très loin."

"Si on n'est pas pris tant mieux, si on est pris ben... On a jamais fait de révolution sans payer les frais. Jusqu'alors, on ne s'est pas encore fait piéger. On les masque, on met de la graisse dessus mais casser, non. On sait très bien qui va payer encore. C'est nous !", explique pour sa part Nathalie, "gilet jaune" de la première heure. L'atteinte à un radar peut coûter de 3.000 à 75.000 euros d'amende et jusqu'à cinq ans de prison.

Europe 1
Par François Coulon, édité par Grégoire Duhourcau