Les Ehpad se préparent à la canicule : "On va surveiller encore plus que d’habitude"

, modifié à
  • A
  • A
1:30
© PASCAL LACHENAUD / AFP
Partagez sur :
Des consignes spécifiques ont été adressées aux maisons de retraite par les autorités, afin d'affronter au mieux les fortes chaleurs qui s'annoncent, souvent difficilement supportables pour les plus âgés.

Deux jours à peine que l’été est là, et déjà le premier gros pic de chaleur s’abat sur l’Hexagone. Seuls la Bretagne, le Cotentin et les côtes de la Manche devraient être épargnés par les températures caniculaires qui arrivent. Le thermomètre va commencer à monter dès dimanche. Le pire sera entre mercredi et vendredi où l'on attend entre 35 et 40 degrés un peu partout en France. Ces fortes chaleurs sont particulièrement dures à supporter pour les personnes âgées, en conséquence les Ehpad se préparent déjà à affronter cet épisode caniculaire dans les régions qui seront les plus touchées.

Une surveillance accrue. Cela fait plusieurs jours que les consignes ont été envoyées par mail à tous les salariés de la maison de retraite les Savarounes à Chamalières, en Auvergne, où l’on risque d’atteindre les 40 degrés. "Ces consignes consistent notamment à fermer fenêtres et volets durant la journée, à faire boire les résidents toutes les deux heures, à noter les quantités de boisson qu’ils peuvent prendre, et bien sûr de ne pas les laisser sortir dehors", énumère Ginette Goutte-Toquet, la directrice de cet Ehpad. "On va surveiller leur état de santé encore plus que d'habitude, et alerter l’infirmière dès qu’il y a un doute."

Ne manquer de rien. En Côte-d’Or, dans l'Ehpad Le Port du Canal de Dijon, un salarié supplémentaire est même mobilisé pour la canicule. Juliette Martin, cadre de santé, a également multiplié les commandes ces derniers jours pour ne manquer de rien. "Des brumisateurs, des packs d’eau, tout ce qui concerne les perfusions à base de sérum physiologique, pour avoir un stock d’avance en cas de déshydratation", indique-t-elle. "On sera livré lundi matin."

Et si tout ça ne suffit pas, un protocole spécial a été mis en place avec les urgences les plus proches pour, en cas de besoin, hospitaliser au plus vite les résidents.

Europe 1
Par Pierre Herbulot, édité par Romain David