EXCLU EUROPE 1 - Les conducteurs sans assurance de plus en plus nombreux

, modifié à
  • A
  • A
Les conducteurs qui roulent sans assurance sont de plus en plus nombreux d'après le Fonds de Garantie des assurances obligatoires de dommages. 1:32
Les conducteurs qui roulent sans assurance sont de plus en plus nombreux d'après le Fonds de Garantie des assurances obligatoires de dommages. © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
D'après les chiffres du Fonds de Garantie des assurances obligatoires de dommages que vous révèlent en exclusivité Europe 1 et Le Figaro ce jeudi, les conducteurs sans assurance sont de plus en plus nombreux en France. Et ils sont à l'origine d'accidents de plus en plus violents.   

C'est un fléau quasiment impossible à endiguer qui sévit sur nos routes : les conducteurs sans assurance. Selon les nouveaux chiffres du Fonds de Garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO) que révèlent en exclusivité Europe 1 et Le Figaro ce jeudi, ils seraient 800.000 sur tout le territoire. Et en six ans, le nombre de leurs victimes a progressé de près de 7 %. Alors pour tenter de renverser la vapeur, le Fonds de Garantie lance ce jeudi matin une campagne nationale de sensibilisation : "En conduisant sans assurance, on peut ruiner son existence".

Un comportement de plus en plus violent

Car si les chiffres des accidents de la route baissent de manière globale, celui des dégâts causés par les conducteurs non assurés explose : l'an dernier, le Fonds de Garantie a déboursé 101 millions d'euros, un chiffre en hausse de 42% depuis 2014 qui témoigne d'une "hausse des frais médicaux" pour les victimes, explique au micro d'Europe 1 Julien Rencki, le directeur général du FGAO. Une violence vécue par Gaëtan Crevier il y a deux ans, un soir d'été à Paris.

"Je sais que je vais souffrir toute ma vie"

Fauché par un homme en scooter qui slalome à toute vitesse sur un trottoir, il est gravement blessé. Genou fracturé, greffe osseuse, plaque et broches dans la jambe... L'avenir du jeune restaurateur est compromis. "Je vais percevoir environ 32.000 euros de la part du Fonds de Garantie, une belle somme. Mais à côté de ça, je ne vais pas récupérer ni mon genou, ni mon tibia, et je sais que je vais souffrir toute ma vie", témoigne-t-il. "Je suis peut-être même amené à avoir d'autres opérations si les greffes osseuses se sont mal passées."

Et avec la hausse des comportements violents des conducteurs non-assurés constaté par le Fonds de Garantie, le phénomène risque même de s'aggraver. 

Europe 1
Par Aude Leroy, édité par Ugo Pascolo