Sept fois plus de signalements en un an : le renseignement financier, capital dans la lutte antiterroriste

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

De plus en plus important, le renseignement financier alimente désormais plus de 130 enquêtes liées au terrorisme, soit presque un tiers d'entre elles. 

Près de 500 experts et 80 ministres de 72 pays se réunissent mercredi à Paris pour une conférence baptisée "No money for terror - Conférence de lutte contre le financement de Daech et d'Al-Qaïda".  Une première du genre pour évoquer le renseignement financier, en passe de devenir une arme prépondérante dans la lutte contre le terrorisme en France.

Sept fois plus de notes transmises. Selon les informations recueillies par Europe 1, le nombre de notes transmises au parquet antiterroriste par Tracfin, l'organisme chargé de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, a littéralement bondi entre 2016 et 2017, passant de 33 à 224. Une multiplication par sept qui dit l'importance  que prend désormais le renseignement financier. Il alimente plus de 130 enquêtes liées au terrorisme, soit presque un tiers d'entre elles.

Les microcrédits et les crédits à la consommation très sollicités. En plus de l’identification de 320 collecteurs de fonds majoritairement Turcs, liés au terrorisme, les informations recueillies ont permis de dresser un état des lieux des circuits utilisés pour le financement du terrorisme. En tête de liste, les microcrédits et les crédits à la consommation, très prisés par les terroristes. Les enquêtes ont également permis de déterminer que beaucoup de collectes de fond sont détournées. Ce sont des associations ou des ONG qui, sous couvert d'une bonne cause, qui détournent les dons qu'elles reçoivent et transmettent cet argent aux djihadistes. 

Un outil de détection. Les cartes prépayées et les transferts d'argent liquide intéressent également beaucoup les enquêteurs, car l'objectif assumé de la Justice est d'utiliser tous les types de renseignements financiers possibles comme un véritable outil de détection d'un éventuel passage à l'acte terroriste. 

L’ENQUÊTE D'EUROPE 1 : D'où viennent les milliards de Daech ?