Le juteux business autour de Notre-Dame de Paris

  • A
  • A
Les bouquinistes en face de Notre-Dame ne désemplissent pas.
Les bouquinistes en face de Notre-Dame ne désemplissent pas. © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :
Les ventes de produits dérivés autour de la cathédrale prospèrent, quelques jours après l'incendie. Et les escroqueries, notamment autour des dons pour la reconstruction, se multiplient dans le même temps.
REPORTAGE

L'incendie de Notre-Dame de Paris n'a pas fait que des malheureux. Le roman de Victor Hugo a, par exemple, rapidement atteint la tête des ventes sur Amazon. Aux abords de Notre-Dame, les touristes se pressent dans les échoppes des bouquinistes pour arracher les derniers souvenirs.

"Je suis venue exprès. Je me dis que je ne la reverrais plus jamais comme avant. Je ne vois pas comment on pourra la reconstruire en cinq ans", témoigne ainsi Monique, venue acheter trois peintures à l'effigie de la cathédrale. Mais dans le même temps, les escroqueries se multiplient.

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

EBay retire des annonces

L'incendie n'était pas encore éteint, lundi soir, que paraissait déjà sur EBay une annonce proposant un soi-disant morceau de la charpente de Notre-Dame. Le site de vente en ligne a retiré le soir même cette annonce.  "Quand on regardait l'annonce, on avait l'impression que le vendeur avait pris en photo un bout de bois dans sa cheminée. Notre règlement interdit la vente de tout produit qui tirerait profit de ce genre de tragédie", explique Delphine Dauba-Pantanacce, directrice juridique d'EBay.

Retirées aussi les annonces de dizaines de tasses ou de t-shirts inspirés des images de la cathédrale en feu... En revanche, on trouve toujours sur une autre plateforme cette annonce pour une statue en pierre, réplique d'une gargouille, pour la somme de… 38.000€. 

Gare aux escroqueries sur les dons pour la reconstruction

Les sites internet qui tentent de profiter des dons pour la reconstruction de la cathédrale se multiplient également. Une enquête pour "escroquerie en bande organisée" a été justement ouverte vendredi. Selon le parquet, ces "vendeurs" appelaient des âmes charitables en leur faisant croire qu’ils allaient contribuer à la reconstruction de la cathédrale, sauf que le virement allait directement sur leur compte.

Dans un communiqué publié vendredi, la Fondation du patrimoine a indiqué de son côté avoir dénoncé au parquet de Paris et à Google un site frauduleux qui reprend les termes principaux de son adresse internet. "Le site suivant est frauduleux : https://donfondation-patrimoine-sauvonsnotredame.weebly.com/", précise ce communiqué. Quatre organismes (Fondation Notre Dame, Fondation du Patrimoine, Fondation de France ainsi que le Centre des musées nationaux) sont officiellement chargés de collecter les dons pour la reconstruction.