Hébergement d'urgence : Débordé par "une situation cataclysmique", le Samu social demande "un plan Marshall"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
1.300 personnes se retrouvent chaque jour sans solutions d'hébergement. Un chiffre qui a doublé depuis l'année dernière. 

Le Samu social de Paris lance un cri d'alerte. Le 115 est submergé par les appels de familles et de personnes seules à la rue : plus de 15.700 appels reçus par jour en moyenne sur ce numéro d'urgence ces deux dernières semaines. Ce sont 6.000 appels de plus que l'an dernier à la même période.

Le Samu social redoute donc l'entrée dans l'hiver. "C'est environ 1.300 personnes à qui nous ne pouvons pas répondre, ni proposer une place chaque jour, sachant que cela a doublé depuis l'an dernier", explique sur Europe 1 Eric Pliez, président du Samu social de Paris. Cette année, les familles avec enfants sont plus touchées. "C'est ce qui entraîne la saturation des services d'urgences dans les hôpitaux, l'impossibilité de faire sortir de la maternité de jeunes mères avec enfants : bref une situation assez cataclysmique", ajoute le président. 

Un plan Marshall pour sortir de la crise

"Nous demandons un plan Marshall", poursuit Eric Pliez. "Il faut un effet choc pour sortir de cette situation. On alerte pour plus de places en hébergement mais aussi plus de logements abordables dans des régions comme l’Ile-de-France. On estime à 6.000 personnes le nombre de personnes dans la rue à Paris." 

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement, reçoit ce lundi les associations de solidarité pour leur présenter le plan d'hébergement d'urgence pour cet hiver.