L'algue, un aliment du futur bon pour la santé... et la planète

, modifié à
  • A
  • A
En Corée ou au Japon, il existe des cultures d'algues. 4:00
En Corée ou au Japon, il existe des cultures d'algues. © An Nhien/Pixabay
Partagez sur :
Déjà très utilisées dans la cuisine asiatique, les algues devraient bientôt être commercialisées sous de nouvelles formes, comme en chips, et se retrouver plus souvent dans nos assiettes. Une bonne nouvelle autant pour la santé des consommateurs que pour le bien-être de la planète. 

Elles sont vertes ou rouges, fraîches ou séchées, bourrées de vitamines, d’oligoéléments, de minéraux et gorgées de protéines, de fibres et de fer, avec des vertus antioxydantes, anti-inflammatoires et anti-cholestérol. Bonnes pour la santé et pour la planète, les algues devraient à l'avenir de plus en plus se retrouver dans nos assiettes.

Une "star" de la cuisine asiatique

D'ailleurs, cet aliment est déjà une superstar de la cuisine asiatique, notamment japonaise et coréenne. On en dégustait dès l’an 57 avant J.-C. avec du riz ; l’ancêtre sans doute du maki et de son algue noire le nori. Le dashi, vénérable bouillon japonais, est confectionné avec une grosse algue verte un peu gluante, le kombu. Sans oublier le wakamé, que l'on trouve dans la soupe miso du menu B2 dans les restaurants japonais.

Considéré comme un aliment du futur, l'algue provient d'une production réputée "bonne" pour la planète. Alors que 15.000 litres d’eau sont nécessaires pour produire un kilo de viande de bœuf, l'algue a juste besoin de pousser dans la mer. Elle n'a pas non plus besoin d’engrais et elle capte le CO2.

Une vingtaine de variétés comestibles

Si l'algue apparaît plutôt comme une solution contre le réchauffement climatique, elle en souffre aussi. Elle n’aime pas les eaux trop chaudes et a besoin d’iode pour se développer. Gare pour elles aux pluies d’eau douce diluviennes lors des typhons donc !

En Corée ou au Japon, les algues sont cultivées. En France en revanche, elles sont sauvages. En Bretagne particulièrement, les amateurs peuvent les cueillir, à condition de connaître la vingtaine de variétés comestibles comme la laitue de mer. On commence aussi à en trouver dans les magasins biologiques. Demain, elles seront vraisemblablement en masse dans les rayons des supermarchés.

Des chips d'algues à venir

Les grands chefs étoilés proposent déjà des algues cuisinées en "tartare" ou mariées avec du foie gras grâce à leur goût et leur texture unique.

Et il existe désormais des chips d’algues, quatre fois moins caloriques que les chips de pommes de terre. Produites par une société coréenne, elles doivent bientôt être commercialisées.

Europe 1
Par Jean-Pierre Montanay, édité par Jonathan Grelier