Ardennes : une plainte contre Nestlé après la mort de milliers de poissons

, modifié à
  • A
  • A
Entre quatre et cinq tonnes de poissons morts ont dû être ramassés par des pêcheurs. 1:04
Entre quatre et cinq tonnes de poissons morts ont dû être ramassés par des pêcheurs. © BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :
La Fédération de pêche des Ardennes a annoncé mercredi porter plainte contre Nestlé. Son usine située à Challerange, à 50 kilomètres de Reims, est accusée d’avoir polluée la rivière de l’Aisne. Près de cinq tonnes de poissons morts ont dû être ramassées. Les poissons ont été privés d’oxygène par un important rejet de boue.

Le président de la Fédération de pêche des Ardennes, Michel Adam, a annoncé mercredi avoir porté plainte contre Nestlé après la pollution de l'Aisne qui a entraîné la mort de milliers de poissons. Entre quatre et cinq tonnes de poissons morts ont dû être ramassés par des pêcheurs. "De voir une telle quantité de poissons détruite, c’est écœurant et navrant. En 40 ans de présidence à la Fédération de pêche des Ardennes, je n’ai jamais vu une pollution d’une telle ampleur. C'est une catastrophe. La rivière était toute blanche, toute jonchée de poissons morts", constate Michel Adam. "Il faudra attendre entre trois à cinq ans pour avoir une rivière comme avant", prédit-il.

Un "débordement ponctuel et involontaire d'effluents de boues biologiques"

Dimanche dernier, l'usine Nestlé de Challerange, situé à 50 kilomètres de Reims et qui fabrique du lait en poudre, a laissé s'échapper une importante quantité de boue dans l'Aisne, privant le milieu aquatique d'oxygène. "Cela peut être une erreur humaine ou une erreur mécanique. L’enquête nous le dira, mais c’est surtout la réparation qu’il faut mettre en place. Il faudrait que ça fasse exemple pour dire aux industriels 'attention, vous avez des obligations, vous devez les respecter et le délit environnemental existe'", conclut Michel Adam.

De son côté, l’usine a confirmé un "débordement ponctuel et involontaire d'effluents de boues biologiques, sans présence de produits chimiques". L'usine a été arrêtée pour quelques jours.

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Léa Leostic