Avec l'inflation, les vols dans les supermarchés ont augmenté de 10%. 1:22
  • Copié
Delphine Schiltz, édité par Ophélie Artaud
Alors que la hausse des prix à la consommation a accéléré en octobre à 6,2% sur un an, les vols alimentaires sont en nette hausse et auraient augmenté de 10% en un an. Une solution de dernier recours pour ceux qui n'ont plus les moyens de payer leurs courses, comme l'explique un étudiant au Smic au micro d'Europe 1.

Avec l'inflation qui continue de grimper dans le pays, un phénomène prend de l'ampleur : les vols dans les supermarchés. La hausse des prix touche essentiellement le budget alimentation où les prix ont augmenté de 10% en un an. Certains produits de première nécessité comme les pâtes ou le riz ont même augmenté de 20, 30, voire 130% sur un an. Alors certains étudiants, mais aussi des retraités, décident de ne plus payer tous les produits à la caisse.

"Je n'ai aucun scrupule à le faire"

Il a 27 ans, il est étudiant au Smic et depuis le début de l'année, pour pouvoir manger, il dérobe des produits dans les supermarchés. "Je prends un ou deux articles en plus à chaque fois que je fais mes courses, une fois par semaine. C'est toujours des aliments que je compte manger, comme des légumes, de la viande ou un pot de miel. Mon salaire n'augmente pas et je ne peux pas suivre. Donc je n'ai aucun scrupule à le faire. Et moi, ça me permet de manger."

La Fédération du commerce et de la distribution n'a pas étudié le phénomène. Il n'existe pas de statistiques précises, mais il y a tout de même des remontées de terrain du côté de l'Association des métiers de la sécurité. "Avec l'augmentation des prix, on sent que les gens sont de plus en plus tendus. Sur le terrain, nos collaborateurs sont confrontés à des gens qui, pris dans des situations de vol, indiquent qu'avant autour du 25 du mois, ça devenait compliqué et qu'aujourd'hui, dès qu'ils reçoivent leur paye, ils sont déjà dans des situations intenables", explique Sofiane Aboubeker, le président de l'Association des métiers de la sécurité.

Selon les calculs de l'association, les vols alimentaires auraient augmenté de 10% depuis le début de l'année.