Intrusion à la Pitié-Salpêtrière : le parquet de Paris ouvre une enquête

, modifié à
  • A
  • A
Christophe Castaner a évoqué, dès mercredi soir, une "attaque" de "blacks blocs" dans l'enceinte de l'hôpital.
Christophe Castaner a évoqué, dès mercredi soir, une "attaque" de "blacks blocs" dans l'enceinte de l'hôpital. © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Au lendemain du 1er-Mai, le parquet de Paris a ouvert une enquête après l'intrusion de plusieurs dizaines de personnes dans l'enceinte de l'hôpital.

Une enquête a été ouverte à la suite de l'intrusion de plusieurs dizaines de personnes mercredi dans l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, en marge du cortège syndical du 1er mai, a indiqué jeudi le parquet. Jeudi, en fin de journée, les gardes à vue des 32 personnes qui avaient été interpellées pour attroupement en vue de commettre des dégradations ou des violences ont été levées, a annoncé le Parquet de Paris.

Buzyn parle d'un acte inqualifiable

En fin d'après-midi mercredi, des dizaines de personnes ont fait brièvement irruption dans l'enceinte de cet établissement, situé sur le parcours de la manifestation. Selon le ministre de l'Intérieur et l'hôpital, certains ont ensuite tenté de pénétrer dans un service de réanimation avant d'être délogés par la police.

Le directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, a dénoncé mercredi soir "la mise en danger de patients" par "une bande de manifestants/casseurs" et annoncé déposer plainte. Jeudi en marge d'un déplacement, le Premier ministre Édouard Philippe a pour sa part dénoncé un geste "totalement irresponsable" tandis que la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui s'est rendue sur place, a évoqué un incident "inqualifiable".