INFORMATION EUROPE 1 - L'ancien ambassadeur du Vatican en France sera jugé pour agressions sexuelles

, modifié à
  • A
  • A
Le nonce apostolique va être jugé mi-novembre pour agressions sexuelles. 1:17
Le nonce apostolique va être jugé mi-novembre pour agressions sexuelles. © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
Le nonce apostolique Luigi Ventura va être jugé par le tribunal correctionnel de Paris. D’après les informations d’Europe 1, le représentant du Vatican en France fait l’objet d’une citation directe pour "agressions sexuelles". 
INFO EUROPE 1

Le Saint Siège avait levé son immunité diplomatique en juillet dernier. Le nonce apostolique Luigi Ventura, visé par les plaintes de quatre hommes, dont trois au moins lui reprochent des attouchements, va être jugé par le tribunal correctionnel de Paris. D’après les informations d’Europe 1, le représentant du Vatican en France fait l’objet d’une citation directe pour "agressions sexuelles".

"Ce n'était pas gagné d'avance"

"C'est très bien, car compte tenu de son statut, de son pouvoir, ce n'était pas gagné d'avance", réagit au micro d'Europe 1 Benjamin Guy, l'un des plaignants. "Depuis le début, l'objectif était qu'il se présente devant la justice française pour répondre de ses actes." L'évêque âgé de 75 ans avait été entendu par la police judiciaire parisienne en avril 2019, puis confronté à plusieurs des plaignants. Il a toujours nié les faits et dénoncé "un complot", finissant par démissionner officiellement "pour raison d'âge", avant de retourner vivre à Rome l'automne dernier.

C’est la mairie de Paris qui avait signalé les faits au procureur, sur la base de l’article 40 du Code de procédure pénale, après le récit d'un jeune cadre municipal qui s'était plaint d'attouchements répétés lors d'une cérémonie protocolaire à l'Hôtel de Ville. L’audience aura lieu à la mi-novembre. 

Le nonce sera présent à l'audience

"Nous attendions cette audience, pour pouvoir défendre son honneur et son innocence", réagit Me Bertrand Ollivier, avocat du mis en cause, également interrogé par Europe 1. Rappelant que son client "conteste les faits depuis le début avec fermeté", le conseil pointe "des incohérences et des contradictions dans ce dossier, que nous démontrerons devant les juges" et confirme que le nonce sera présent à l'audience. 

Europe 1
Par Salomé Legrand, édité par Margaux Baralon