Incendie de Notre-Dame : les travaux de décontamination commencent

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les entreprises de décontamination pensent finir les travaux d'ici à la mi-septembre, à condition que la météo soit clémente. 
REPORTAGE

C'est un chantier hors normes qui débute à Paris : la décontamination de tout le quartier qui entoure Notre-Dame, pollué par les quelque 400 tonnes de plomb parties en fumée le soir de l'incendie du 15 avril. Un chantier qui se fera sans le confinement sous cloche de la cathédrale, que réclamaient certains syndicats et associations. Les travaux qui débutent ont été délimités en phases et en zones. Au total, près de 10.200 m² doivent être décontaminés par divers procédés. Europe 1 s'est rendu sur place, où tout le quartier va être bouclé dans les prochaines semaines. 

La rue de la Cité bouclée

Les travaux devraient réellement commencer dans deux jours, selon l'un des chefs des deux entreprises de décontamination, mais les ouvriers posent déjà les barrières pour clôturer la rue de la Cité, délimitant une zone d'environ 3.000 m² fermée à la circulation des passants et des automobilistes. Pendant la durée des travaux, la station du RER rue de la Cité et coté Parvis Notre-Dame sera fermée et des lignes de bus détournées.

Dans les prochains jours, une dizaine de travailleurs vont aspirer la rue à très forte puissance, puis passeront un produit décapant qui permet de décoller les poussières de plomb. Enfin, la décontamination se terminera par un rinçage à haute pression permettant une récupération immédiate des eaux par aspiration.

Pour les commerçants autour du chantier, il n'y pas de consigne particulière. Nora, bouquiniste sur les quais, a tout de même pris les devants en faisant un test de plombémie. "Je voulais savoir si je pouvais continuer à travailler ou pas, et s’il y avait vraiment un impact sur ma santé", raconte la commerçante. "Je l’ai fait toute seule, sans ordonnance. J’avais un taux de plomb normal dans mon sang, je suis rassurée. Je referai un test si jamais je suis inquiète après que tout soit dépollué", a-t-elle ajouté.

Fin des travaux en septembre

Les entreprises de décontamination ambitionnent de terminer le nettoyage de cette portion vendredi 23 août. Elles passeront ensuite à la rue d’Arcole, fin août, avec le même procédé. Enfin, les ouvriers s’attaqueront au parvis de Notre-Dame en dernier. Au pied du monument, il sera impossible de passer le karcher car la zone est bien trop fragile. Les ouvriers utiliseront alors un gel qui absorbe les poussières de plomb. L'application de cette couche de gel devrait durer un jour. Elle devra ensuite sécher pendant trois jours et sera retirée progressivement, ce qui devrait prendre au moins cinq jours. 

À la fin des opérations, un contrôle de leur efficacité sera opéré. Les entreprises pensent finir l’ensemble du nettoyage à la mi-septembre. Elle n'y parviendront qu'à une seule condition : avoir une météo clémente, car en cas de pluie les ouvriers sont obligés d’arrêter leurs travaux.

Les travaux de nettoyage étaient attendus depuis plusieurs semaines déjà, alors que la Ville de Paris était critiquée par plusieurs associations pour n'avoir pas révélé l'étendue de la contamination et pris trop tard des mesures de précaution. Suspendu fin juillet en raison de la nécessité d'évaluer ces risques, le gigantesque chantier de sauvetage de Notre-Dame devrait quant à lui reprendre le 19 août. Ce sera progressivement, peut-être en septembre seulement, qu'il reprendra à plein régime.