"Gilets jaunes" à Marseille : "On se fait taxer de tous les côtés, alors autant inciter les gens à ne pas consommer"

, modifié à
  • A
  • A
Sans barrière ni palette, les "gilets jaunes", vont bloquer l'accès à la zone commerciale. Photo d'illustration.
Sans barrière ni palette, les "gilets jaunes", vont bloquer l'accès à la zone commerciale. Photo d'illustration. © Lucas BARIOULET / AFP
Partagez sur :
Dans la zone commerciale de Plan de Campagne, 500 manifestants sont attendus pour bloquer la zone. Ils étaient une centaine à 7h.
REPORTAGE

Au nord de Marseille, l'appel à la mobilisation des "gilets jaunes" face à la hausse des prix du carburant a été entendu. Au centre commercial de Plan de Campagne, les contestataires sont présents depuis 7h pour bloquer l'accès de cette immense zone comprenant 500 boutiques, même si certaines vont quand même ouvrir. Il sera néanmoins complexe d'aller faire ses courses dans le centre.

"Tuer tous nos petits commerces". Sur place, ils sont déjà une centaine à l'aube. Les organisateurs espèrent 500 manifestants d'ici la fin de matinée pour des barrages filtrants aux différents accès de la zone commerciale. L'objectif : pas d'achat et et donc pas de TVA pour l'Etat dans ce "temple de la consommation", comme le qualifie Jean-Jacques, coordinateur de cette opération : "Il y a le symbole du fait qu'aujourd'hui, on se fait taxer de tous les côtés, alors autant inciter les gens à ne pas consommer pour qu'il n'y ait pas cette taxe à 20% qui rentre dans les poches de l'Etat. Et puis, ce temple de la consommation va tuer tous nos petits commerçants à proximité, qui aujourd'hui, comme nous, survivent au lieu de vivre. Tout ça, il faut que ça s'arrête."

Le but : durer. Alors aux abords de la zone, les "gilets jaunes" se répartissent, prennent position. Il n'y aura ni palette ni barrière en travers de la route, mais de gros ralentissements. C'est un jeu du chat et de la souris avec les forces de l'ordre, avec un but pour les "gilets jaunes" : durer toute la journée, voire se retrouver dimanche matin au même endroit.

Europe 1
Par Stéphane Burgat et A.D