Aux assises, Georges Tron dénonce "l'ingratitude" d'anciens collaborateurs

, modifié à
  • A
  • A
© THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :
Le maire de Draveil, poursuivi pour agressions sexuelles et viols sur deux anciennes collaboratrices, a fini de répondre aux questions des différentes parties, mardi à Bobigny. 
DANS LA SALLE D'AUDIENCE

Le procès de Georges Tron est entré dans sa dernière semaine, à Bobigny. Au terme de près d'un mois d'audience, le maire de Draveil, accusé de viols et d'agressions sexuelles sur deux anciennes collaboratrices, a été entendu sur le fond du dossier, lundi et mardi. Les plaidoiries des parties civiles commenceront donc mardi après-midi.  

Des "contentieux" de sa vie politique. "Je n'ai jamais essayé de passer pour un saint", a assuré le principal accusé devant la cour, lundi, maintenant ses dénégations quant aux accusations qui le visent. Évoquant à plusieurs reprises le "complot" dont il estime être victime et les "calomnies" des plaignantes, l'ancien secrétaire d'Etat a relié la plupart des témoins à charge à des "contentieux" de sa vie politique. 

"Les méthodes, les insultes". "La façon de procéder, les méthodes, les insultes, j'ai eu ça pendant toutes mes campagnes", a appuyé le maire de Draveil mardi, interrogé par l'avocat général notamment. "Toute ma carrière, les mêmes personnes ont, dans la durée, tenu les mêmes types de propos".  

Revivez l'audience avec notre journaliste sur place :