Coronavirus : Agnès Buzyn entendue par la commission d'enquête parlementaire

, modifié à
  • A
  • A
Agnès Buzyn mardi devant la commission d'enquête parlementaire.
Agnès Buzyn mardi devant la commission d'enquête parlementaire. © Capture d'écran.
Partagez sur :
L'Europe entame officiellement une nouvelle étape de déconfinement, en ouvrant ses frontières aux voyageurs de 15 pays. En France, Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, a répondu aux questions des députés sur la gestion de la crise du coronavirus. L'actuel ministre de la Santé, Olivier Véran, a de son côté promis une enveloppe de 300 millions d'euros pour augmenter les salaires des médecins. Suivez en direct l'évolution de la situation.

En France, la pandémie du coronavirus a provoqué la mort de 29.843 personnes, selon un dernier bilan communiqués mardi soir, soit 30 de plus que lundi. Et la gestion de la crise depuis ses débuts continue d'occuper le terrain politique. Mardi, à partir de 17 heures, l'ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a été auditionnée par les députés. L'actuel ministre de la Santé, Olivier Véran, a quant à lui promis de débloquer 300 millions d'euros pour revaloriser les salaires des médecins hospitaliers... qui lui répondent dans la rue. L'Union européenne a, quant à elle, officiellement rouvert ses frontières à 15 pays, dont la Chine sous condition, Etats-Unis exclus. Suivez en direct l'évolution de la situation.

Les principales informations à retenir :

  • La France compte 29.843 morts du coronavirus, dont 30 nouveaux décès depuis lundi
  • Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, a répondu pendant plus de trois heures aux questions des députés
  • Insatisfaits des annonces d'Olivier Véran, les personnels et médecins hospitaliers dans la rue

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays, dont la Chine sous condition, mais pas les Etats-Unis

Les pays de l'UE ont convenu de rouvrir les frontières de l'Union et de l'espace Schengen à partir de mercredi aux voyageurs d'une liste de 15 pays, qui comprend la Chine sous condition, mais qui exclut les Etats-Unis, selon un communiqué officiel publié mardi. Cette liste de pays dont la situation épidémiologique liée à la maladie Covid-19 est jugée suffisamment sûre pour la reprise des voyages, doit être actualisée toutes les deux semaines. Elle compte également l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay. 

Agnès Buzyn entendue par la commission d'enquête parlementaire

Agnès Buzyn aura à peine eu le temps de se remettre de sa déroute parisienne aux municipales. L’ancienne ministre de la Santé avait rendez-vous mardi avec les députés de la commission d’enquête de l'Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire déclenchée par le Covid-19. Dès les premières minutes de son audition, l’ex ministre est entrée dans le vif du sujet. A quel moment Agnès Buzyn a-t-elle alerté d’un risque sanitaire ? Elle raconte que c’est par hasard, pendant les vacances de Noël, autour du 25 décembre. L'"anticipation" en France face à l'épidémie de coronavirus a été "sans commune mesure avec les autres pays européens" et "toujours en avance" par rapport aux alertes des organisations internationales, a-t-elle martelé, ajoutant : "Vous ne pouvez pas dire qu'on n'a pas été réactifs." 

Elle a aussi commencé à évoqué la gestion des masques qui ont tant manqué. Non, ce n’est pas elle qui a pris la décision de détruire les stocks de masques, a-t-elle souligné, ajoutant qu’elle avait passé une commande de masques FFP2 le 28 janvier. Plus de détails dans notre article ici

Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a par ailleurs voté à l'unanimité mardi la création d'une commission d'enquête sur la gestion de la crise sanitaire du coronavirus demandée par son président, Gérard Larcher (LR). Mise en place pour six mois, la commission aura un format élargi à 36 membres et entamera ses auditions dès juillet, alors que celles de l'Assemblée nationale sont en cours.

Véran promet une enveloppe de 300 millions d'euros aux médecins...

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé lundi qu'il débloquerait 300 millions d'euros pour revaloriser les salaires des médecins hospitaliers. Cette enveloppe, annoncée par le ministre dans le cadre du Ségur de la santé, fait suite à celle du 24 juin de six milliards d'euros pour revaloriser les salaires des personnels non médicaux.

... qui lui répondent dans la rue

Plusieurs milliers de personnes ont commencé à défiler mardi à Paris en direction du ministère de la Santé, dans le cadre d'une nouvelle journée d'action nationale à l'appel des syndicats et collectifs hospitaliers. Parti de l'ex-hôpital militaire du Val-de-Grâce (Ve arrondissement), le cortège s'est élancé peu après 14h, derrière une large banderole "Soigne et tais-toi". Les manifestants étaient encadrés par un important dispositif policier et un service d'ordre syndical renforcé, après les débordements lors de la précédente mobilisation des soignants dans la capitale, le 16 juin sur l'esplanade des Invalides.

"Il faut des actes à la hauteur des remerciements" pendant l'épidémie de Covid 19, a déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, présent au départ de la manifestation, pour réclamer "beaucoup plus que ce qui a été annoncé". "On a une enveloppe mais, pour nous, elle ne suffit pas. C'est sur un point de départ, la négociation a démarré (et) une négociation, c'est un rapport de force", a souligné son homologue de Force ouvrière, Yves Veyrier.

Au moins 850 suspicions de fraude au chômage partiel relevées

L’heure des comptes est arrivée. Le ministère du Travail procède, depuis plus d’un mois, à des contrôles auprès des entreprises qui ont fait des demandes de chômage partiel pour affronter la crise. Or, 850 suspicions de fraude ont été relevées sur les 3.000 premiers contrôles, aujourd’hui clôturés, selon des chiffres divulgués par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans une interview à l’hebdomadaire économique Challenges. Et parmi ces 850 suspicions, au moins quatre procédures pénales ont été engagées pour escroquerie. Plus de détails dans notre article ici

Le confinement a coûté cher au marché immobilier

D’après une information d'Europe 1, quelque 150.000 transactions ont été perdues pendant cette période. Un retard impossible à rattraper, selon la FNAIM, qui table sur une baisse globale des transactions de 25% à 30% sur l’année. Un retard irrattrapable d'abord parce que les mois de mars, avril et mai sont les plus importants pour le secteur... et sont aussi ceux pendant lesquels nous étions confinés. Autre conséquence de l'épidémie : les clients sont devenus plus frileux, et les prêts plus difficiles à obtenir. Quatre Français sur dix ont abandonné leur projet immobilier après le confinement. Résultat : la demande baisse, notamment dans les grandes villes. Plus de détails par ici.

Boom des divorces post-confinement

Qu’on l'ait passé en couple ou en famille, le confinement instauré pour endiguer l'épidémie de coronavirus a été, pour beaucoup, une épreuve difficile. En Chine, en Russie ou encore en Espagne, on constate ainsi une flambée des divorces. Et en France, 11% des couples veulent prendre leurs distances, et 4% souhaitent même se séparer définitivement, selon un sondage Ifop. À l'image de Marc et de sa femme. Il témoigne au micro d'Europe 1, mardi :

29.843 morts en France depuis le début de l'épidémie

Le dernier bilan du ministère de la Santé, a fait état mardi soir de 30 nouveaux morts dans les hôpitaux liés au Covid-19 depuis lundi, portant le nombre total des décès à 29.843. En parallèle, le nombre de réanimations pour des cas de Covid-19 continue de baisser. Il s'établit à 602 cas, soit 17 de moins depuis lundi.

Si le reflux épidémique se poursuit en France métropolitaine, en Guyane, la circulation reste "préoccupante", a rappelé la Direction générale de la santé. Par ailleurs, deux malades ont été transférés vers la Guadeloupe lors d'une première évacuation sanitaire aérienne par un avion militaire. D'autres évacuations "auront lieu dans les jours à venir", indique le ministère.

Plus de 500.000 morts dans le monde, plus de 10 millions de cas

La pandémie de coronavirus a fait au moins 506.818 morts dans le monde depuis que la Chine a fait officiellement état de l'apparition de la maladie en décembre. Plus de 10.372.230 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Parmi eux, 5.207.900 cas sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Les États-Unis, qui ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février, sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 126.512 décès pour plus de 2,5 millions de cas. Les pays les plus touchés sont ensuite le Brésil avec 58.314 morts pour plus de 1,3 millions de cas, le Royaume-Uni avec 43.370 morts, l'Italie avec 34.767 morts et la France avec 29.843 morts (200.667 cas).