Écologiques et esthétiques : des habitats en chanvre et chaux à construire soi-même

  • A
  • A
forêt 3:02
© Tobias SCHWARZ / AFP
Partagez sur :
Les éco-habitats, à construire soi-même, ont de plus de en plus de succès en France. Dans sans "Rendez-vous à la ferme", Fanny Agostini présente les Kerterre, un type de maison en chaux et chanvre, écologiques et (selon elle) très esthétiques.

Pour beaucoup, fabriquer sa maison de ses mains est un rêve. Mais il faudrait du temps, des investissements, des outils adéquats et quelques compétences de maçon ou de charpentier. Un ensemble de critère difficile à cocher. Mais il existe désormais un savoir-faire alternatif, explique Fanny Agositini.

Le type de maison que je vous présente n’est soutenu par aucune charpente, ne contient pas de toiture classique, et ne repose sur aucune fondation. C’est ce que l’on appelle des Kerterre, des habitats éco-construits qui ne demandent que de l’huile de coude et des mains comme outils de travail. Et comme matériaux de construction, du chanvre et de la chaux.

Si les maisons tiennent très bien debout, c’est que le mélange de deux devient à terme dur comme de la pierre, permettant de créer des murs auto-portants. Mais lorsqu'on la travaille, la matière aussi malléable que de la pâte à modeler. On l'utilise avec la paume des mains et sans utiliser de force physique. Attention, il faut tout de même suivre une formation préalable. Autre solution, se la faire fabriquer. Pour cela, pas besoin de prendre un crédit sur 20 ans : ces maison coûtent chacune entre 6.000 et 10.000 euros.

Écologiques et esthétiques

Elles ont beaucoup davantages. Les Kerterre sont écologiques, puisqu’elles ne comportent pas un gramme de béton, qui est très lourd d’un point de vue environnemental. Ces maison sont par ailleurs "respirantes", parfaites en termes d’isolation, et très esthétiques.  

A l’origine, c’est une professeure de piano bretonne, Evelyne Adam, qui les a inventées. A l’époque, elle était vue comme une originale, mais aujourd’hui, elle croule sous les demandes de formations et les commande de maisons.

 

Ce qui attire filialement dans ces habitations, c’est qu’elles n’excluent pas les commodités de la modernité, loin du retour en arrière des maisons en terre crue. Mais pas d’excès non plus, aucun espace superflu : ces maisons rondes mesurent en moyenne quatre à six mètres de diamètre.

Europe 1
Par Fanny Agostini